Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Veille et informations Veille et informations
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Eglise Sainte-Opportune-la-Campagne

Une église médiévale, pourtant inscrite aux Monuments Historiques, est menacée de démolition.
L'entretien en est négligé par la municipalité depuis plusieurs décennies : depuis 1999 aucuns travaux de préservation n'ont été effectués.

Propriété de la commune du Plessis-Sainte-Opportune (environ 270 habitants), située dans le département de l'Eure, l'édifice risque de disparaître dans l'indifférence. 

Histoire de l'édifice

 

Construit au XIIIe siècle, l'essentiel de ce qui est encore existant date du XVIème siècle avec une sacristie ajoutée au XVIIème siècle.

Au XIXe siècle les habitants, refusant la désaffectation de leur église, se convertissent au protestantisme jusqu’à ce que l'édifice soit officiellement sauvé. Il leur faudra attendre 15 ans. Napoléon III viendra s'y recueillir en se rendant à Deauville.

C'est en 1961 que l'église Sainte-Opportune sera inscrite aux Monuments Historiques.

File:Le Plessis-Sainte-Opportune (Eure, Fr) église Sainte-Opportune (02).JPG
 

Problématique

La dernière messe dite dans l'église de Sainte-Opportune remonte à 1974. Et, depuis 1999 le monument n'a connu aucun travaux de préservation, sinon des dégradations (comme la découverture totale du clocher au lieu de remplacer quelques ardoises glissées, la pose de renforts boisés au mur nord du choeur, aussi impressionnants qu'inutiles, le remplacement de pans de couverture en tuiles par une toile bitumée qui se dégrade facilement, ...).

Suite à la tempête de 1999 qui a sérieusement abimé l'église, une campagne de travaux (304 000) est initiée. Hélàs, le maire refuse les subventions recues (95 % du coût des travaux) et laisse l'église à l'abandon.

En 2008, il présente un nouveau projet : raser l'église pour construire un parking... Projet refusé de justesse par les pouvoirs publics, cette église étant inscrite, le batîment est, depuis, à l'abandon. Son état se dégrade encore et au moins 800 000 euros seront nécessaires à son sauvetage. 

L'église étant seulement inscrite, l'Etat n'a pas le pouvoir de contraindre le maire à la restaurer, ni de se substituer à lui pour faire les travaux. Seule la bonne volonté du nouveau maire ou une procédure de classement d'urgence pourront désormais sauver cette belle église rurale.

Devant ce triste constat l'OPR réagit

• Octobre 2013 : rencontre OPR /ABF – proposition d’instance de classement à l’issue des élections municipales, la DRAC est prête à réaliser les travaux d’urgence

• Mars 2014, juste après les élections municipales, l'OPR a envoyé une lettre à la nouvelle maire, Madame Catherine Desfresne et une au DRAC, M. Liogier.