Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Veille et informations Veille et informations
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

l'Eglise Sainte-Rita va être détruite prochainement!

L'église catholique gallicane Sainte-Rita, située dans le XVème arrondissement, va être démolie pour faire place à des logements sociaux et des parkings. Une perte pour le patrimoine religieux, qui voit disparaître l'un des monuments néogothiques de la capitale.

Un an après le rejet du tribunal administratif de Paris du recours déposé par l’association de défense de Sainte-Rita contre la démolition de son église, l'édifice néogothique célèbre pour sa très originale bénédiction annuelle des animaux vit ses dernières heures, à la grande tristesse de ses paroissiens. La dernière messe sera célébrée le dimanche 15 mars prochain.

Retour en arrière…

Tout a commencé en 2010, quand l’association des Chapelles Catholiques et Apostoliques, alors propriétaire de l'église, met en vente l'édifice, faute de ressources. Un promoteur immobilier nantais, la société Lamotte, s’en fait l’acquéreur, afin de construire à la place de l’église logements sociaux et parkings… Dans ce contexte, la Commission du Vieux Paris rend un avis le 19 novembre 2010, selon lequel elle ne s'oppose pas à la démolition de l'édifice, l'église étant jugée d'"une architecture néogothique très tardive et sans qualité particulière, spatiale, décorative ou constructive"... Le permis de démolir est accordé l’année suivante au promoteur par la mairie de Paris, et publié en 2012 malgré les cris d’alarme des paroissiens. Une association pour la sauvegarde de l’église, les Arches de Sainte-Rita, est créée afin d’obtenir une mesure de sauvegarde qui protégerait l’église de la destruction. L'Eglise gallicane Sainte Rita a même envisagé d’acheter le lieu, mais la collecte de fonds lancée sur internet pour récolter les 3,3 millions nécessaires n’a pas été suffisante, et ce malgré les appels du pied lancés à la fondation de Bill Gates ou au Quatar ; un club de football a aujourd’hui plus de valeur qu’une église néogothique du début du XXe siècle...

Le sort de l’église est statué en 2014, après le rejet du tribunal administratif de Paris du recours déposé par l’association de défense de Sainte-Rita… Le 26 septembre 2014, l'archevêque Mgr Dominique Philippe reçoit par voie d'huissier l'ordre de quitter l'édifice.

Des politiques silencieux et peu concernés par la défense du patrimoine...

Madame Hidalgo, actuelle maire de Paris, n'avait rien trouvé à redire à cette décision l'année dernière, alors qu'elle était candidate dans cet arrondissement et malgré ses fonctions de première adjointe chargée de l'urbanisme et de l'architecture, alors qu'Europe-Ecologie-les-Verts se sont illustrés par leur silence dans un sujet engageant pourtant la cause animale. Du côté de l'UMP, madame Nathalie Kosciusko-Morizet n'avait pas relevé le débat et le maire UMP du XVème arrondissement, Philippe Goujon, était demeuré aux abonnés absents après quelques protestations d'usage, avant de renouveler son soutien à l'association.
 

Une victime supplémentaire de la "vague de déconstruction" dénoncée par Françoise Hamon, secrétaire générale de l'Observatoire du Patrimoine Religieux, et ancienne conservatrice des Monuments Historiques. La communauté recherche aujourd’hui un local à louer et à transformer en église, pouvant accueillir 150 personnes.

 

Regardez le reportage


L'église Sainte Rita menacée de destruction par AJPAT