Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Veille et informations Veille et informations
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

L'église Saint-Martin menacée de ruines à La Bazouge-du-Désert (Ille-et-Vilaine)

L'édifice a cent ans. L'événement sera fêté samedi 12 octobre, cent ans après, jour pour jour, la bénédiction solennelle en 1913. Cet anniversaire débutera à 17 h par un temps de prières à la salle du patronage, suivi d'une procession vers l'église. À 17 h 20, ouverture de la grande porte de l'église et dépôt d'une lumière sur la tombe du chanoine Heslesbeux inhumé dans l'église. À 17 h 30, eucharistie d'action de grâce.

L'église et son histoire

Au début des années 1900, mise à part la tour refaite quarante ans plus tôt, l'église paroissiale était dans un tel état de délabrement qu'il devenait dangereux d'y célébrer le culte.

Le curé de l'époque, Émile Heslesbeux, adressa un courrier au maire, en juin 1910, en lui faisant part de ses inquiétudes, et aussi de ses propositions de prendre en charge la remise en état complète de l'édifice.

Les termes de son courrier sont éloquents. « Toute la partie ancienne de l'église est menacée de ruines. Déjà, les couvreurs n'osent plus monter sur le transept. La nef, quoique plus récente, exige des réparations de couverture continuelles. De plus, à toutes les fenêtres, il est urgent de refaire à neuf la vitrerie et les plombages qui ne tiennent plus. Un coup de vent - et vous savez combien ils sont fréquents et violents - peut amener des dégâts sérieux et nous mettre au grand air au beau milieu de l'hiver. »

Un curé très prévoyant

Le conseil municipal délibéra rapidement et permit au curé Émile Heslesbeux de se livrer aux travaux nécessaires. C'est ainsi qu'au début de l'année 1911 commencèrent les travaux.

Auparavant, le curé avait fait édifier une église provisoire en paille pour permettre de continuer à célébrer les offices. Pour cela, un terrain en face de l'église actuelle fut utilisé.

La nouvelle église achevée, le chanoine Pichon, supérieur du grand séminaire, vint pour une bénédiction solennelle, le 12 octobre 1913, mais laissa le curé bâtisseur Émile Heslesbeux célébrer la première grand-messe.

Quant à la consécration officielle par l'évêque Mgr Dubourg, elle eut lieu le 17 mai 1914.

Source : Ouest France, 11/10/2013