Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 


 
Document Actions

Édifices à vendre ou vendus

Chers lecteurs, au sein de cette rubrique, vous trouverez les cas d'édifices religieux à vendre qui nous ont été signalés.

L'Observatoire du Patrimoine Religieux n'est pas une agence immobilière ni un intermédiaire immobilier, et se contente de lister ces ventes pour analyser le phénomène.

 

Cette liste n'est pas exhaustive. Nous nous efforçons de l'actualiser le plus régulièrement possible. N'hésitez pas à nous faire part de vos découvertes !

Les nouveautés de l'année en cours figurent en premier, les édifices  plus anciens étant ensuite classés par région pour plus de lisibilité. Lorsque nous la connaissons, nous publions la date de transformation ainsi que le nouvel usage, et, si possible, le budget.

 

Généralités

 

Eglises à vendre, églises vendues

liste non exhaustive

ANNEE 2017

  • Ancienne chapelle protestante et maison à vendre à Ermont (95, Val-d'Oise). Chapelle déjà désacralisée et réaménagée en salle de danse. Prix de l'ensemble : 910 000€. Pour plus de renseignements voir l'annonce ici. Voir sa fiche dans notre inventaire ici.
  • Eglise Saint-Pierre de Noaillac à Penne ( 46, Lot-et-garonne) estimation 80 000€. L'évéché et la Préfecture doivent donner leur accord. (Sud-Ouest,13 janvier2017, FranceInfo Aquitaine, 15 janvier)
  •  Saint-Martin l'Ars (86, Vienne), Abbaye royale de la Réau www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/l-abbaye-royale-de-la-reau-sort-de-l-oubli-1485542533récemment rachetée par Michel Guyot. Ce dernier veut en faire un lieu d'accueil au public (visites dès avril, création d'un salon de thé et boutiques de souvenirs). Travaux de restauration envisagés de 2020 à 2030 sous la direction des Monuments Historiques et de l'Etat (France Bleu Poitou, 27 janvier).
  • Clouange (57, Moselle), l'église évangélique Arc-en-Ciel vient de racheter l'ancienne synagogue pour 110.000 € (Le Républicain Lorrain, 23 janvier 2017).
  • Montfort-sur-Meu (35, Ile-et-Vilaine), abbatiale Saint-Jacques de Montfort : cédée à l'Oeuvre Saint-Joseph (prix de la transaction non indiqué) (actu.info, 22 janvier 2017).
  • Auvers-sur-Oise (95, Val-d'Oise) : chapelle Saint-Nicolas vendue aux orthodoxes. La chapelle gardera son nom (Le Parisien, 22 janvier 2017).
  •  Pontlevoy (41, Loire-et-Cher), abbaye Notre-Dame des Blanches : mise aux enchères le 15 décembre. Classée MH, la surface habitable est de 8.900 m2 dans un terrain de 6 hectares. Mise à prix : 2 millions € (La Croix Urbi et Orbi, 8 octobre 2016). Edifice non vendu malgré la baisse du prix de vente ramené à 1 million € (Le Figaro.fr, 15 novembre 2016) et France Info, 9 janvier 2017)
  • Dinan (22, Côtes d'Armor) : Ancienne église anglicane à vendre 163 000 € de 200 m2. Elle fut édifiée sous le Second Empire par la colonie britannique. Elle appartient à la mairie qui l'a rénovée en 1977 pour un faire une école de musique. En centre-ville (Le Dauphiné.com, 17 octobre 2016)Annonce Agora

 

 

  • PLUS ANCIENS

Grand Est (Alsace,Lorraine,Champagne-Ardennes)

Nouvelle Aquitaine (Poitou, Limousin, Aquitaine, Pays basque)

  • Église du XIIe siècle, inscrite MH et son prieuré du XVIe siècle (Poitou):Une église modeste, elle se compose d’un chœur carré, d’une nef à deux travées et une chapelle ouvrant sur le côté sud. Une inscription sur une pierre atteste la première date connue ou sa consécratioan en 1160. La chapelle latérale est très soignée. Elle a conservé sa voûte dont les ogives au profil torique sur bandeau retombent sur des colonnettes à chapiteau.

Auvergne,Rhône-Alpes

  • Chapelle Sainte-Thérèse des chasseurs (Saint-Genest-Lerpt, Loire) : bâtie en 1927 et vendue par le diocèse à un prometteur (2013)

Bourgogne,Franche-Comté

Bretagne

  • .
  • Brest (20, Finistère) : église Saint-Yves-de-Quizac, désacralisée en 2011. Première église à vendre à Brest. Le diocèse, propriétaire, a donné le baptistère à la paroisse de Landivisiau, et l'autel, un bloc de granit de 4 tonnes a été donné à la Vallée des Saints Bretons. Le diocèse souhaite que l'édifice reste au service de l'homme (sociola ou culturel). (Le Parisien, 19 septembre 2016).
  • Nantes : une église 19e (ancienne chapelle de couvent) transformée par un architecte, à vendre chez Patrice Besse (2016)

Centre

Dressé au milieu des champs, le couvent des Minimes, ou "Abbaye de Mirabeau", est situé sur la commune de Beauregard l'Evêque, lieu de villégiature des évêques de Clermont, au cœur de la plaine fertile de la Limagne.
Le couvent des Minimes, bâti à partir de la fin du XVIe siècle en pierre de Chauriat, est constitué d'un ensemble hétérogène de bâtiments de taille imposante construits au fil des siècles.

Situé au bout d’un chemin communal, un hameau abrite l'ancienne chapelle seigneuriale et son presbytère avec leur jardin et sa petite mare. Construit au XIIe siècle, l'édifice fut à plusieurs reprises détruit puis reconstruit avant qu'une famille noble ne s'y installe. Son blason est toujours présent au-dessus du portail occidental. Lieu de pèlerinage depuis le Moyen Age, la chapelle abritait le tombeau d'un saint qui a été transféré à la fin du XIXe siècle dans l'église du village voisin.

 

Corse

  • Cap corse, couvent de Siscu à vendre 2.115.000€, comprenant une tour du XIVe siècle MH), un couvent du XVIe siècle, une chapelle et 4 appartements rénovés, pour une superficie habitable de 615m2. Proposition du maire à hauteur de 1,8 millions €. Affaire à suivre (Corse Matin, 28 janvier). 

Ile-de-France

Un logis d’environ 250 m² habitables, remanié à partir du fronton de l’ancienne église, élevé sur trois niveaux plus cave. Jardin romantique d’environ 600 m².

Edifiée au XVIIIe siècle par un riche fermier, la gentilhommière fût transformée en couvent dominicain au milieu du XIXe siècle, et ceci pendant 50 ans environ. L’ancien pigeonnier a été transformé en chapelle après modification de la façade et édification à l’arrière d’une extension construite selon un plan pentagonal, qui accueille aujourd’hui le chœur de la chapelle.

Guyanne

 Hauts-de-France

  • Amiens (), chapelle du lycée su Sacré Coeur transformé en gymnase depuis les années 70 est à vendre (Courrier Picard, 17 octobre 2016).
  • Denain (59, Nord) : église du Sacré-Coeur désacralisée en 2012 et vendue aussitôt à une association humanitaire, la Maison de Mam'Jo, qui nourrissait le projet d'y installer une "école de production pour décrocheurs du système scolaire". Trop de frais ont stoppé le projet. L'église est à vendre aujourd'hui dans une agence spécialisée (Patrice Besse, 75007)selon le voeu de la présidente de l'association, Marie-Josée Nachez.
  • Houtkerque (59, Nord) : la chapelle rue de Winnezeele a été mise à pris 150 € dans une liquiditation judiciaire. Achetée par un artiste dunkerquois pour la somme de 1 150 € HT, Houtkerque, devenu Village Patrimoine, souhaite faire valoir son droit de préemption.
  • Forest-sur-Marque (59, Nord) : presbytère à vendre depuis 4 ans sans succès (250 OOO €). La municipalité lance un appel à projets.
  • Houtkerque (59, Nord) : chapelle mise en vente dans le cadre d'une liquidation judiciaire.
  • L'ancienne église Saint-Éloi d'Aulnoye-Aymeries (Nord) a été mise en vente par le diocèse de Cambrai. Finalement l’église va être réhabilitée en logements.

Désacralisé par le diocèse de Cambrai il y a un peu plus de deux ans, l'ancienne église Saint-Eloi d'Aulnoye accueillera neuf logements en duplex d'ici l'automne 2014.

Il s’agit du seul édifice religieux datant du début du XVIIe siècle dans la région. Remarquable de par la parfaite unité de sa conception architecturale. La chapelle est orientée vers le nord-est.
L’intérieur est composé d’une seule et unique nef, formée de trois travées. Le chevet présente une voûte rayonnante, à liernes et tiercerons également. Flanquée à l’angle nord-ouest, se dresse une étonnante tourelle, dans laquelle un escalier en pierre, à vis centrale, de cinquante marches, permet d’accéder aux combles, et tout en haut, à une petite pièce circulaire, éclairée par de hautes verrières.

L'église est construite en béton et briques, de deux teintes différentes. Toiture en tuile, à deux pans devant, de forme conique sur les côtés, et à l’arrière. Au-dessus de l’ensemble, et au centre, un dôme en verrière, recouvert de cuivre, couronné d’un petit campanile abritant une statue, et surmonté d’une croix. Les vitraux, en particulier autour du dôme, et de chaque côté du transept, représentant chacun une série de personnages et de saints en pied, présentent une remarquable composition de pièces de verre richement colorées. Le bâti a une surface totale de plus de 900 m², sur un terrain constructible de près de 5 000 m².

L’origine de la chapelle est liée au développement économique de la commune, et à l’initiative et au rôle d’un homme et de sa famille dans la vie locale au XIXe siècle. Le château le plus ancien, est bâti à partir d’un corps de ferme existant en 1789, le second est édifié vers 1830, et le troisième château, vers 1880-1890. Ces châteaux sont entourés d’un parc d’agrément aménagé à l’anglaise, mais aussi de vergers et de potagers. Après la Première guerre mondiale, une nouvelle chapelle est installée à l’extérieur. Les deux premiers châteaux ne sont pas réédifiés, seul le troisième édifice est reconstruit après 1930.

A la fin du XVIIIe siècle, les bâtiments de l'abbaye sont détruits. La disparition des édifices attenants à l'église fragilisent le côté nord. En conséquence, le bras du transept et le bas-côté nord sont reconstruits au début du XIXe siècle. D'un point de vue architectural, avec son mélange de styles roman et gothique, elle est considérée comme l'un des plus anciens témoignages de l'art gothique en France. L'église abbatiale et la Sainte Chapelle ont toutes les deux été classées Monument Historique.

Cette chapelle érigée au XIIe siècle était à l’origine celle du Châtelain Royal, qui relevait directement de la Couronne et exerçait localement le droit de haute justice. Elle le demeurera jusqu’au tout début du XVIe siècle, époque où elle sera transformée en maison bourgeoise. En 1981, une famille locale achète la maison, dégradée car inhabitée depuis plusieurs années, et y entreprend des travaux de restauration. Ils permettent notamment de mettre au jour deux arcades en ogive, dont l’une, murée dès l’origine, encore ornée d’une peinture murale représentant l’Annonciation. L’œuvre est dans un remarquable état de conservation.

 

  • Hauts-de-France

Occitanie ( ex Languedoc,Roussillon,Midi-Pyrénées)

Martinique

Normandie

  • La Lande-Patry (61 Orne) : presbytère à  vendre 100 000 €, 170 m2 habitables, beau jardin.
  •  Hermanville-sur-Mer (14) : presbytère à vendre. Bâtiment de 1862, estimé par les Domaines 200 000 € ;
  • Rouen (76), église Saint-Nicaise, a été désacralisée par l'évêque. la mairie la met en vente.
  •   Chapelle Notre-Dame de la Garde, Etretat (Seine-Maritime), XIXe siècle, à vendre pour 280 000 €
  •  Chapelle à vendre à Flers (61, Orne)
  • Eglise du XIe siècle restaurée et convertie en habitation, près de Bernay (Eure): Probablement construite au XIe siècle, elle est au centre d'un village rattaché au fil du temps à un autre village qui avait aussi son église. Contraints de choisir, les habitants ont conservé la plus grande et laissé celle-ci à l'abandon. Son architecture est de forme rectangulaire classique avec ajout d'une sacristie. Les entrées sont protégées par un porche avec soubassement en pierre et colombage supportant une toiture à trois pans en tuiles plates. Le corps central est percé de cinq baies dont les vitraux ont été refaits. L'actuel occupant a acquis le bâtiment, très dégradé, à la fin des années 60. Il a alors entrepris d'en refaire scrupuleusement les fresques, boiseries, sols et vitraux. Ayant trouvé les stalles en chinant, il a même fini par mettre la main sur la cloche d'origine, qui trône aujourd’hui dans la nef.

Centre - Val de Loire

 

Cette chapelle se retrouve dans la liste des édifices à vendre sur "le bon coin" pour la somme de 150 000 €. Elle possède une voute lambrissée et un retable peint qui la rendent unique. Cette chapelle de 60 m2 pourrait être transformée en bureau ou en appartement.

L’ancienne église paroissiale, d'une surface d'environ 200 m², est désaffectée depuis la Révolution.
Elle possède un plan et sa maçonnerie qui remontent au XIe siècle, les élévations et recouvrements ont été modifiés aux XVe et XVIIe siècles. Construction en pierre, moellons et tuffeau. Le cœur en demi-cercle est accolé au pignon est de l'édifice. Un escalier extérieur permet d’accéder à une salle à l’étage. A l’intérieur subsistent quelques vestiges de peinture médiévale. 

L’abside est la seule partie qui subsiste de la chapelle du XIIIe siècle, aujourd’hui disparue. Elle prolonge une autre chapelle construite au XVe siècle à l’ouest. Le mur est de l’abside forme le support d’une immense fresque, unique par sa taille de plus de 6 mètres de large, considérée comme la plus grande du Poitou Charente. L’abside est couverte par une voûte en berceau. La restauration de la toiture effectuée récemment a permis la conservation de cette œuvre précieuse. Deux baies sur les cinq sont ouvertes, éclairant la pièce. Ces baies étroites, en plein cintre à double archivolte sont intactes et attendent d'être percées, voire ornées de vitraux. L’abside mesure 9.4 m par 6 m avec une hauteur sous voûte de 9.5 m.
Cette grande chapelle de 19,60 m de long jouxte l’abside du XIIIe siècle. La toiture a été sauvegardée en 2009 et une partie de la voûte interne en chêne restaurée. Cette voûte, très légèrement brisée, est remarquable par sa taille et sa conception. L’espace de la chapelle de presque 180 m² au sol offre de nombreuses possibilités d'utilisation après restauration.

Provence-Alpes-Côte d'Azur