Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Changes saved
Document Actions

L'abbaye de Bourgueil à vendre

La monumentale abbaye bénédictine de Bourgueil et ses 7 hectares de vignes, qui datent du XIe siècle, sont à vendre selon la Nouvelle République.

A vendre : magnifique abbaye située entre Chinon et Saumur, sur 12 ha. D'un seul tenant y compris 7 ha de vignoble. Comprenant : cloître, logis abbatial, cellier, manoir, réfectoire, galerie, jardin potager, lavoir, pont, chai, moulin et nombreuses dépendances…

Telle est l'annonce trouvée sur le site de CMPC Immo, une agence immobilière de Nantes, qui ne précise pas le montant de la mise à prix. Même si le bruit courait depuis quelques temps à Bourgueil, la nouvelle, révélée dans la NR du 10 avril dernier, fait beaucoup parler depuis. Entre surprise et résignation, les Bourgueillois ont appris cette mise en vente non sans émotion. Il faut préciser à ceux qui l'ignorent que l'abbaye de Bourgueil est l'un des plus monumentaux édifices religieux de l'Ouest-Tourangeau et de toute la Touraine. Une abbaye bénédictine bâtie il y a 1025 ans (lire ci-dessous).

L'abbaye dans l'inventaire de l'OPR

Le musée et le cinéma épargnés

Au fil des décennies, la communauté religieuse s'est beaucoup réduite, ses moyens se sont taris et les bâtiments n'étaient plus aux normes pour accueillir ses pensionnaires. La congrégation religieuse peinait à assumer les charges de cet édifice gigantesque.

Cette abbaye appartient depuis huit ans à la congrégation de La Pommeraye (49). Elle abritait deux maisons de retraite dont l'une a fermé il y a six ans, face aux travaux de mise aux normes drastiques qu'il fallait y engager. L'autre maison de retraite, les Sœurs de Saint-Martin, rejoindra prochainement la maison de retraite de Saint-Louans à Chinon.

Une partie de l'ensemble architectural, qui comprend le musée de l'abbaye et le cinéma « L'Abbaye », doté récemment du numérique, appartient au diocèse de Tours, le tout est géré par l'association de l'abbaye que préside Françoise Chollet. Cette partie n'est pas à vendre.

En revanche, l'offre comprend le cloître du XIVe siècle, et sa galerie méridionale, le bâtiment abbatial, le moulin, le chai, la grange aux dîmes, l'ancienne maison de retraite appelée « Le Château », la grande chapelle – où a toujours lieu une messe chaque dimanche, à 9 h 30 – les grands greniers, le pavillon du XVIIe siècle, le réfectoire et le dortoir.

Sans oublier les sept hectares de vignes, « Le Clos de l'abbaye », qui existait déjà au XIe siècle, une magnifique parcelle ceinte de murs qu'exploitent deux vignerons, Jean-Baptiste Thouet et Michel Lorieux.

Dans Bourgueil, on s'interroge. Personne ne semble vraiment au courant des intentions de la congrégation. La municipalité semble également tout ignorer de ce que les propriétaires de l'abbaye attendent de l'agence nantaise et du notaire angevin missionnés pour vendre leur bien.

Un Bourgueillois commente cette annonce : « Tout le monde regrette cette vente, mais personne ne peut s'y opposer. C'est inéluctable. Personne ici, ni la commune, ni la communauté de communes, n'aurait les moyens d'investir les millions nécessaires à sa réhabilitation et à son entretien. »

Il y a une trentaine d'années, l'ensemble avait déjà été fractionné. Deux parties, qui disposaient d'accès directs sur les rues du centre-ville, avaient été vendues, l'une à des privés, l'autre pour la construction de la poste de Bourgueil.

Source : La Nouvelle République