Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Initiatives & Réussites Initiatives & Réussites
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Analyse : Mosquées, un patrimoine en devenir ?

Alors que le ramadan vient de prendre fin, l'OPR s’intéresse aux quelques 2300 mosquées de France. Si la plupart d'entre-elle n'ont aucun "intérêt patrimonial", certaines, de plus en plus nombreuses, concurrence les cathédrales. Portrait d'un ensemble patrimonial en construction.

yves-flammin.jpgDébuté en 2004, le chantier de la grande mosquée de Saint-Etienne est terminé depuis quelques semaines. Ce projet, initialement estimé à 1.2 millions d’euros, a finalement couté 7 millions d’euros (financé à 50% par le Maroc), une augmentation qui permet à cette grande mosquée (1 400 m², soit grosso modo la surface au sol de la cathédrale de la même ville), d'accueillir 2 000 fidèles.
Photo Yves Flammin pour Le progrès.fr

 

Qu'est ce qu'une mosquée ?

Le nom mosquée, attesté dans la langue française depuis 1550, signifie litéralement "poser le front au sol", et est issu de l'arabe masjid, lui même issu de l'araméen masged. La première mosquée aurait été celle de Quba à Médine (actuelle Arabie Saoudite).

Par la suite, et dès le VIIème siècle, des mosquées sont construites dans la péninsule Arabe, puis au Maghreb et, un siècle plus tard, en Chine. Elles se répandent ensuite en Inde et en Occident.

La mosquée abrite l'ensemble des activités cultuelles de la communauté, notamment la prière et les grands évènements tels certains repas du ramadan.

Traditionnellement, une mosquée reprend le plan arabe hypostyle : de forme carrée, une cour de prière, surmontée d'une nef entourée de colonnes. Elle comprend généralement des dômes, placés au-dessus de la salle de prière, et est surmontée de coupoles, affichant parfois une richesse inégalée. Celle de la mosquée d'Ispahan, recouverte de faïences peintes et dorée, en est un des plus beaux exemples.

Une mosquée comprend enfin (théoriquement) un minaret, abritant le Muezzin chargé d'appeler les fidèles à la prière. Par esthétisme, elle peut en compter plusieurs, mais jamais plus de six, seule la mosquée de la Mecque en possède sept.

Bien entendu, d'autres styles se propagent depuis dans le monde musulman, en fonction des époques et des traditions locales (différents matériaux), ou encore de la fortune des communautés ou souverains constructeurs. 

Panorama des mosquées de France

Sur les 2 300 mosquées que compte la France, la plupart ne sont que de modestes salles de prières, installées de façon plus ou moins durable dans des espaces d'habitation.

Si la première mosquée construite en France date de 1905, et est située à St-Denis de la Réunion, c'est seulement en 1922 que l'Islam s'installe en France métropolitaine, avec la Grande Mosquée de Paris.

mosquee orly.jpg

Depuis 20 ans, le nombre de mosquées explose en France, passant de 913 en 1985 à 2 300 (environ) aujourd'hui. Leur qualité évolue aussi, puisque beaucoup d'entre-elles sont désormais installées dans des bâtiments ad hoc, bien que souvent peu identifiables de l'extérieur.

La mosquée d'Orly (Val-de-Marne, à droite), en est un bon exemple : seul un croissant stylisé la distingue à l'extérieur des bâtiments alentours.

Ce réseau de nouvelles mosquées, installées en priorités dans les zones très urbanisées (Ile-de-France, Nord, Lorraine, Bouches-du-Rhône), s'étant petit à petit à l'ensemble du territoire national, notamment en Normandie, Bourgogne, Rhône-Alpes, etc. Ainsi, 200 mosquées seraient actuellement en construction en France.

Une architecture renouvelée

La nouvelle mosquée de Saint-Etienne incarne un renouveau dans la construction des mosquées françaises. Les fidèles, plus nombreux, mieux organisés et disposant de ressources accrues, peuvent maintenant édifier des mosquées monumentales, qui abritent, outre le culte de plusieurs centaines de fidèles (une mosquée compte un mètre carré par fidèle en moyenne), de nombreux services communautaires : salon de thé, centre culturel, formation religieuse des enfants, salle funéraire, etc.

D’architecture moderne et d’inspiration orientale, dotée d’un haut minaret, cette nouvelle mosquée témoigne, comme celle de Créteil (Val-de-Marne) de la place qu’occupent les musulmans de France dans de nombreuses villes et de leur volonté de construire un patrimoine imposant et de qualité, capable de s'inscrire durablement dans le paysage de la cité.  

Cette nouvelle tendance au patrimoine qui "s'affirme" dans la ville, n'est ni nouvelle ni propre au culte musulman. Comme de nombreuses communautés juives ou protestantes à la fin du XIXème siècle, les communautés musulmanes souhaitent prouver par la pierre leur place dans la société française d'aujourd'hui. Cette tendance au monumental rejoint celle de la plupart des cultes : ainsi à Créteil, si la mosquée est agrandie et embellie, la cathédrale Notre-Dame de la même ville l'est tout autant, par les soins des Chantiers du Cardinal.

Cette tendance à la monumentalité est également incarnée par d'autres mosquées actuellement en construction ou récemment achevées, dont celles de Cergy, de Villeneuve d'Ascq, de Clamart, de Nantes, de Mulhouse, d'Hérouville Saint-Clair (illustrations sur Le Monde). Elle n'exclue pas une réelle adaptation aux réalités du terrain.

Ainsi, Le Monde évoque le cas d'une association d'Avallon (Yonne) qui "vient d'acheter à la ville un vaste terrain vierge de 1000 mètres carrés", et dont les membres, presque tous nés à Avallon, souhaitent avoir leur mosquée, à l'instar de leurs voisins d'Auxerre, Saint-Florentin, Migennes, Joigny, ou Tonnerre. Et leur mosquée, ils la souhaitent "en pierre du Morvan" ! Cet exemple prouve le dialogue qu'entretiennent de plus en plus de constructeurs de mosquées entre les exigences de la pratique religieuse et le respect - voir l'acculturation - à des réalités locales. Ce nouvel édifice, modeste, coutera environ 160 000 euros. Dessinée par un tailleur de pierre de la région, elle ne possédera pas de minaret car "c'est trop difficile à chauffer dans le Morvan". L'association s'est d'ailleurs "engagée à ce que la hauteur des coupoles n'excède pas celle des pavillons voisins". De même à Epinal, le Président régional du culte musulman souhaite que la nouvelle mosquée, monumentale, de la ville, s'inscrive comme "un patrimoine qui doit appartenir à tous les Vosgiens et pas seulement aux musulmans".

Preuve que les mosquées de France, si elles tendent à devenir de véritables "monuments" - beaux et visibles -, ne marqueront pas toutes le paysage de notre pays par une monumentalité exacerbée.