Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Initiatives & Réussites Initiatives & Réussites
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Inauguration de nouvelles mosquées pour le Ramadan 2014

La plupart des nouveaux édifices religieux qui sont actuellement en construction en France sont des mosquées. Elles sont généralement inaugurées peu avant le Ramadan, qui est à la fois la fête du Coran et du jeûne prescrit. De nombreux chantiers sont soumis aux aléas des difficultés de financement, certains sont arrêtés ou en sursis. D’autres ont finalement donné naissance à des mosquées aux dimensions considérables, imprimant ainsi durablement leur présence sur la carte du paysage religieux de la France.

Le Ramadan est l'un des 5 piliers de l'Islam, il est le neuvième mois du calendrier musulman, qui est un calendrier lunaire. Le Ramadan 2014, qui aura lieu du 28 Juin au 28 Juillet 2014, coïncide avec l’émergence de nouvelles mosquées dans le paysage français : Nogent-le-Rotrou, Fontenay-sous-Bois, Châteaudun (2e mosquée de la ville), Nice…


Des mosquées aux dimensions de cathédrales


On observe deux types de constructions, tout d’abord celles des « grandes Mosquées » qui répondent aux besoins de places supplémentaires pour les fidèles dans un certain nombre de métropoles. La plupart sont d’ailleurs pensées et construites pour être à la fois mosquée et centre culturel, consacré à la culture arabo-musulmane le plus souvent, dans lequel peut se trouver aussi bien une bibliothèque ou médiathèque, des activités éducatives ou de soutien scolaire, etc. Evidemment, ces chantiers gigantesques sont ceux qui connaissent le plus de difficultés, en premier lieu de financement (Bordeaux, Tours, Marseille, Orléans, Amiens…).


La Grande Mosquée de Bordeaux qui n’est encore qu’un projet mais devrait se construire dans le quartier de la Bastide, deviendra le plus vaste local religieux de toute la région. Les chiffres sont éloquents : 24 millions d’euros pour une surface de 12 000 m², un minaret de 25 m de hauteur et un espace qui pourra accueillir plus de 7 000 fidèles. La grande mosquée de Bordeaux deviendrait ainsi la première mosquée de France devant celle d'Evry (5 000 places).

Le projet de nouvelle mosquée d’Ostricourt dans le Nord, dont la première pierre a symboliquement été posée en 2013, doit remplacer l’ancien édifice construit en 1979. Le projet est déjà chiffré à 1,3 million d’euros et prévoit d’accueillir environ 1 200 fidèles. Lorsque l’on sait que la commune d’Ostricourt comptait environ 5 200 habitants en 2011, cela ferait de cette nouvelle mosquée un espace capable d’accueillir presque 1/5 de la population de la ville !


A Reims, la GMR (Grande Mosquée de Reims) a pu être inaugurée en juin dernier à temps pour le Ramadan. Huit ans de travaux qui ont coûté 8 millions d’euros pour édifier ce lieu de culte de 4 500 m². Par comparaison, la cathédrale de Reims couvre une surface à peine plus grande avec ses 4 800 m².


…et les autres


L’autre catégorie concerne les mosquées de tailles plus modestes, construites pour palier une absence de lieu de culte musulman sur un territoire, ou en remplacement d’un édifice trop ancien ou inadapté (salle de prière inadéquate le plus souvent), comme par exemple à Choisy-le-Roi, Vannes, Versailles, Sin-le-Noble… Récemment, à la mosquée de Nice Roquebillière (à peine inaugurée en juin dernier), on constate déjà un trop plein de fidèles en raison de l’espace de culte insuffisant : 320 m². Il apparaît clairement que le prochain lieu de culte musulman de Nice devra être largement plus spacieux.


Dans la ville d’Autun, un projet de construction d’une nouvelle mosquée turque a été évoqué. L’édifice pourrait accueillir entre 100 et 150 fidèles sur environ 200 m². Si l’on ne prend pas en compte les salles de prières, la future mosquée d’Autun sera donc la troisième « vraie » mosquée à voir le jour dans le département de Saône-et-Loire, qui comprend déjà la mosquée Assalam de Montceau-les-Mines (ouverte depuis 2010) et la deuxième mosquée de la ville de Mâcon, inaugurée cette année pour le Ramadan.


Les mosquées du XXIe siècle


Certaines nouvelles mosquées font quant à elle preuve d’originalité, mais annoncent un nouveau type d’édifices qui devraient se développer dans les années à venir. Ainsi, la mosquée de Massy, unique en son genre pour le moment, devra être une mosquée écologique. Pensée en amont en collaboration avec l’école polytechnique de Sceaux, la mosquée de Massy sera intégrée dans une démarche environnementale et sa consommation en ressources naturelles sera surveillée de près (consommation d’eau, éclairage, chauffage et isolation).
 

A Bussy-Saint-Georges, la mosquée a été inaugurée en juin 2014. Elle est située au sein d'un pôle multiconfessionnel appelé « l'Esplanade des religions », un projet présenté comme « unique en Europe », initié par l'ancienne majorité municipale, ou se côtoieront le plus grand temple bouddhiste d'Europe, une pagode taïwanaise, une synagogue et un centre cultuel arménien entre autres. Bussy-Saint-Georges, en tant que ville nouvelle de Marne-la-Vallée, est passée d'un millier d'habitants au début des années 1990 à près de 27 000 aujourd'hui. L'objectif de l'Esplanade est donc d'améliorer et de favoriser le dialogue entre les cultures et les religions dans cette commune, mais il manquerait 150 000 euros pour parachever la construction (la mosquée a coûté à elle seule 1,8 million d'euros).

 

Du projet à la réalisation : les rebondissements du financement d’une nouvelle mosquée


La plupart des mosquées sont financées par des associations cultuelles et/ou culturelles et les fidèles eux-mêmes, mais des investissements étrangers viennent souvent aider à compléter les dons offerts par des particuliers. Néanmoins cela ne suffit pas toujours à éviter que les chantiers ne s’étendent sur de longues années.


Ainsi, le projet de construction de la Mosquée de Marseille, dont la première pierre fut posée symboliquement en 2010, est pour le moment au point mort : l’association « la mosquée de Marseille », dont des problèmes dans ses statuts juridiques ont notamment été soulevés dernièrement, doit en outre trouver 22 millions d’euros pour financer cette construction gigantesque. L’association a d’ores et déjà lancé un appel aux dons et serait également sur des pistes saoudienne et qatari. A l’inverse, bien qu’il manque 150 000 euros pour parachever la construction de la mosquée de Bussy-Saint-Georges, aucun financement étranger ne semble à l’ordre du jour.


Bien souvent, c’est la détermination des associations locales qui permettent l’édification d’une mosquée. Le cas de la très récente mosquée La Source d'Orléans (Orléans sud) en est un parfait exemple. Il existe déjà deux mosquées à Orléans (L'Argonne et Saint-Jean-de-Braye), de ce fait la ville ne voulait qu’un seul lieu de culte musulman sur le quartier et céda un terrain de 2 550 m², à condition que les associations musulmanes œuvrent ensemble pour voir naître leur grande mosquée. C’est ce qui a contribué à rapprocher l'Amicale turque, l'Association des musulmans d'Orléans-La Source et l’association Amal al kalam.

A une échelle plus modeste, des mosquées de tailles intermédiaires ont elles aussi besoin d’obtenir les financements qui leur manque pour que leur construction soit complètement achevée. Ainsi, il faudrait encore à la mosquée de Tonnerre 150 000 euros, et à celle de Vannes 600 000 euros. L’association des musulmans de Nogent-le-Rotrou a fonctionné essentiellement en interne pour financer l’édification de son lieu de culte, grâce au bénévolat. L’association espère que la générosité des fidèles permettra d’inaugurer rapidement la mosquée mais il manquerait tout de même 15 000 à 20 000 euros pour finaliser la construction. De même, à Choisy-le-Roi, c’est l’Association culturelle des musulmans choisyens (ACMC) qui financera l'intégralité des travaux de construction de la nouvelle mosquée. La municipalité aide seulement l'association en achetant le terrain de 1 600 m² (pour 515 000 €) aux Hôpitaux de Paris, mais cette dernière devra rembourser dans les dix à quinze ans, via un bail emphytéotique.


Le chantier de la grande Mosquée de Tours est lui aussi à l’arrêt depuis plus d’un an faute de financement. Le projet coûterait au total 7,5 millions d’euros et 2,5 millions ont déjà été investis. Le nouvel édifice devrait être en capacité d’accueillir 5 000 personnes, la mosquée actuelle située rue de Lobin arrivant à saturation. Pour débloquer le chantier, la communauté d’agglomération Tour-Plus a promis une aide financière pour relancer rapidement les travaux de la partie culturelle du projet. Cette annonce d’une subvention provenant de la communauté d’agglomération pour un projet associé à une mosquée est néanmoins source de polémique pour certains. Le cas n’est pourtant pas unique, puisqu’à Ostricourt, le député UMP de la circonscription, Thierry Lazaro, a promis de donner de l’argent de sa réserve parlementaire «pour la partie culturelle» de la future mosquée.

 

Coût total et statistiques

Le réel coût de construction des petites et moyennes mosquées n’est pas très bien connu, mais les chiffres doivent tourner autour de quelques centaines de milliers d’euros, jusqu’à 1 million. Par contre il est possible d’établir un ordre de grandeur en ce qui concerne les « mosquées cathédrales ».

Les mosquées qui vont coûter le plus cher sont celles de Bordeaux et Marseille (22 millions d’euros toutes les deux), suivi par celles de Reims (8 millions), Tours (7 millions), Amiens (6-7 millions), Orléans-Sud (2,5 millions), Ostricourt (1,3 millions), et Toulouse (plus d’1 million). Au total, les huit grandes mosquées cathédrales actuellement en construction coûteront 70,8 millions d’euros.

Les mosquées suivantes, que nous considérons comme appartenant aux mosquées de taille moyenne, présentent logiquement un coût de construction moins élevé, bien que certaines tendent à se rapprocher de cette catégorie des « mosquées cathédrales » : Choisy-le-Roi et Tonnerre (3 millions chacune), Bussy-Saint-Georges (1,8 million), Versailles (1,4 million), et Vannes (600 000), etc.

 

Mosquées inaugurées pour le Ramadan 2014 :

  • Bussy-Saint-Georges
  • Châteaudun
  • Decazeville
  • Fontenay-sous-Bois
  • Mâcon
  • Nice
  • Orléans-La Source (Grande mosquée)
  • Reims (Grande mosquée)
  • Versailles (agrandissement)


Mosquées actuellement en construction :

  • Amiens (Grande mosquée)
  • Moissy-Cramayel
  • Nogent-le-Rotrou
  •  Ostricourt
  • Tonnerre
  • Tours (Grande mosquée)
  • Vannes

Projets de constructions de mosquées :

  • Autun
  • Bordeaux (Grande mosquée)
  • Choisy-le-Roi
  • Genlis
  • Marseille (Grande mosquée)
  • Massy
  • Quimper
  • Sin-le Noble
  • Sens
  • Toulouse (Grande mosquée)