Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Initiatives & Réussites Initiatives & Réussites
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Eglise anglicane de Nice : un chantier exemplaire

Entièrement restaurée début 2012, l'église anglicane de Nice retrouve sa blancheur originelle et se fait plus accueillante encore pour des milliers de Niçois. Retour sur un chantier mené dans les règles de l'art.

Construite en 1862, à une époque où, de Paris à Londres, passer l’hiver sur la côte d’Azur était du meilleur gout, l’église anglicane de Nice vient d’être restaurée avec soin, focus sur un chantier exemplaire !
La paroisse anglicane de Nice, constituée dès 1820 sous l’égide de l’évêque de Londres, se dote dès les années 1862, après deux ans de travaux, d’une « grande » église, encore visible aujourd’hui. Riche de nombreux fidèles du monde entier – on sait l’attachement des Anglais pour cette partie du littoral français – et de plusieurs dépendances, dont l’église de Vence bâtie au début du XXème siècle.
Très abimée par le temps et les vents marins, les façades de cette grande église viennent de subir une restauration exemplaire, menée par l’entreprise Sele (restauratrice du Pont du Gard et du Musée Toulouse Lautrec d’Albi), grâce aux matériaux du groupe Lafarge, qui a su développer des techniques innovantes, adaptés au besoin du patrimoine religieux. Ainsi, une équipe de 10 personnes spécialisées a travaillé au nettoyage des pierres, à leur dessalement, à leur remplacement - au besoin – et à leur rejointoyage et au ragréage. Ce chantier comprend également une révision indispensable des toitures, charpentes et tours ornant l’édifice.
Celui-ci, réalisé avec une chaux d’une exceptionnelle blancheur, produite par Lafarge et adaptée aux monuments anciens, en termes de qualité et de durabilité : un monument religieux impose en effet de penser à long terme.
L’église avant travaux
Désormais remise à neuf, la façade de cette église conserve son allure « régionale » (emploi de matériaux locaux) et ses finitions volontairement « grossières », qui prouvent la simplicité voulue par l’architecte qui la dessina.
Cette opération première phase des travaux projetés pour l’église anglicane de Nice, représente un investissement de 747 000 euros, assuré par l’association cultuelle, avec le soutien financier du Conseil Général des Alpes-Maritimes (373 000€) et de la ville de Nice (15 000€). Ainsi magnifiée, l’église anglicane constitue un atout pour le centre de la ville de Nice, très apprécié par les touristes comme par les habitants permanents, pour qui elle reste un lieu d’échange, d’ouverture et de dialogue.
Détail de l’application de la chaux blanche sur la façade de l’édifice
Très ouverte sur le monde, elle accueille des croyants venus de tous les pays du monde (de langue anglaise essentiellement), mais aussi des associations cultuelles et culturelles qui ne disposent pas de lieux de réunions, dont l’église suédoise, l’église protestante allemande et l’église arménienne locale. Elle abrite une bibliothèque anglaise et américaine de 20 000 ouvrages, et accueille, outre la messe dominicale, de nombreuses réunions assurant des rencontres entre croyants du monde entier, dont certains travaillent ainsi leur anglais dans un cadre convivial.
A terme, l’association cultuelle envisage la restauration des vitraux et du parc, véritable cimetière paysager, ouverts à tous, tel un oasis de verdure en plein cœur de la ville.
A travers son engagement, matérialisé par un partenariat avec la Fondation du Patrimoine (dont le président, Charles de Croisset, est membre du comité d’honneur de l’OPR et dont est également fondateur Monsieur Léon Cligman, Vice-Président et mécène de notre association), le groupe Lafarge fait ainsi honneur à sa réputation centenaire. Espérons que de nombreuses autres entreprises, grandes ou petites, suivront son exemple et participerons à l’effort commun en faveur de la restauration de nos trésors de pierre.

Voir la restauration en image