Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Initiatives & Réussites Initiatives & Réussites
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Entretien : Jean-Louis Hannebert

Jean-Louis Hannebert nous présente un chantier de restauration qu'il mène en Corse, depuis plusieurs années, avec des bénévoles du monde entier !

Jean-Louis Hannebert, bonjour, vous êtes architecte et spécialiste du patrimoine religieux, dont vous contribuez à assurer la préservation, notamment au travers d’un chantier que vous menez en Corse…


En effet, je dirige un chantier de restauration d’une ancienne, église de confrérie,située à Bonifacio, qui fut construite par des agriculteurs à la fin du XVIème siècle, ou au début des XVIIème, et laissée à l’abandon depuis au moins 50 ans. Il s’agit maintenant de redonner vie à ce monument dans le cadre d’un chantier citoyen. 

L’église, après débroussaillage

Quel est le sens de cette démarche ?

jlh2.jpgUne démarche qui s’inscrit dans une logique gagnant-gagnant ! Elle repose sur l’engagement chaque année pendant 3 semaines d’une dizaine de jeunes bénévoles du monde entier, qui donne de leur temps pour sauver de la ruine un monument oublié. Bien que bénévoles (nous ne leur offrons que le gite et le couvert), ces jeunes, venus d’Asie, d’Europe, d’Afrique ou d’Amérique, trouvent leur compte dans cette expérience très enrichissante, qui leur permet de découvrir la Corse et ses paysages sublimes en développant le dialogue, les échanges entre des cultures très diverses, qui se retrouvent autour d’un patrimoine religieux français : un beau symbole.

Enfin, encadrés par des professionnels, ils apprennent des techniques de construction et de restauration, et nous leur proposons des conférences, données par de grands professeurs de l’université de Bonifacio, afin de parfaire leurs connaissances en histoire de l’art.

Par ailleurs, la ville y trouve son compte, puisqu’elle bénéficiera gratuitement d’un monument restauré, qui abritera une maison des confréries, et sera un lieu de rencontre pour les habitants.

Et comment financez-vous ce projet ?

L’ensemble de ce projet coute environ 10 000 euros par an, dont 75% assurés par la commune et la région, au titre des subventions. Le reste est offert par des particuliers, sensibles à notre démarche et ravis de voir revivre ce petit patrimoine de proximité, qui incarne une forme d’identité collective.

Il faut préciser que nos dépenses sont limitées au maximum : hébergement et nourriture pour les bénévole, salaire des professionnels, et c’est tout !

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Aujourd’hui, la structure est sauvée, et nous devons travailler à remettre en état la toiture, avant de pouvoir aménager l’intérieur. D’ici un an, cette église deviendra une maison des confréries, dont la vie et le financement seront assurés par les collectivités locales.

Pour notre part, nous passerons dès 2013 à la restauration – sur le même modèle, d’un autre édifice du patrimoine local, qui permettra de faire mieux connaitre Bonifacio et de faire rayonner son patrimoine, en assurant sa survie. Les financeurs et stagiaires sont évidemment les bienvenus !

Propos recueillis par Maxime Cumunel