Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Initiatives & Réussites Initiatives & Réussites
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Reconstruire la Flèche de la Basilique de Saint-Denis: une fausse bonne idée

La Basilique Saint-Denis, tombeau des rois de France, est sujette à un énième projet de reconstruction de sa flèche, détruite en 1846 par les intempéries. La pertinence de ce projet n'est pas des plus claires lorsque l'on sait que nombre d'édifices religieux auraient besoin de financement pour être sauvés de la démolition.

La basilique Saint-Denis, monument emblématique de la France royale, est mentionnée dès le IVème siècle après J.C. mais sa date précise de fondation n'est pas connue. Fondée en tant qu'abbatiale, elle a aussi le statut de cathédrale du diocèse de Saint-Denis depuis 1966.
L'ancienne abbaye royale de Saint-Denis est associée à l'histoire du monde franc. L'église abbatiale a été dénommée « basilique » dès l'époque mérovingienne. L'église s'élève sur l'emplacement d'un cimetière gallo-romain, lieu de sépulture de saint Denis martyrisé vers 250. Le transept de l'église abbatiale, d'une ampleur exceptionnelle, fut destiné à accueillir les tombeaux royaux (il en abrite environ une quarantaine). Elle fut ainsi la nécropole des rois de France depuis les Robertiens et Capétiens directs, même si plusieurs rois mérovingiens puis carolingiens avaient choisi avant eux d'y reposer.
La basilique Saint-Denis fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862. Très abimée par la révolution, elle est restaurée avec talent au XIXème siècle, notamment par Viollet-le-Duc. Le jardin qui l'entoure fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 19 août 1926.

Hélas, elle connu de nombreuses dégradations au cours de l’histoire notamment lors des invasions barbares au IXe siècle. Au XIIIe siècle, la flèche de la Basilique fût reconstruite et resta en place jusqu’en 1846, date à laquelle elle fût démolie pour des questions de sécurité (touchée par la foudre et une tornade). 

Aujourd’hui la ville de Saint-Denis annonce - pour la énième fois - un projet de reconstruction de cette tour détruite.

Pourtant le projet est discutable à plus d'un titre :

  • en dépit du talent des architectes, comment assurer que la nouvelle tour sera visuellement et structurellement capable de satisfaire les Français pour les siècles à venir ?
  • comment légitimier un projet dont le budget annoncé est énorme (environ 25 millions d'euros) alors que des centaines de monuments encore existants auraient besoin de financement : St-Augustin, la trinité, le Panthéon... ?

Si l'OPR se félicite évidemment de la volonté des élus d'entretenir et d'embelir le patrimoine religieux, il reste perplexe sur la légitimité de ce projet et sur les objectifs de la commune, qui cherche ici plutot à faire le buzz en s'appuyant sur un monument universel, afin de se donner une image de ville de culture... Une image qui reste à construire sur la base d'une action concrète qui va au délà de la mise en place d'un chantier visitable ; La basilique elle-même, dont la façade est en cours de restauration, mériterait des travaux certes moins médiatiques mais autrement plus utiles !