Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Aire-sur-l'Adour (Landes) : la chapelle des Ursulines reprend vie

Un pari au départ insensé pour Gérard et Sophie Gouyou qui ont finalement réussi à redonner vie à cette chapelle abandonnée qu'ils ont achetée il y a 18 mois. Ils projettent de la transformer en gîte et en lieu culturel.

Lorsqu’ils ont acheté, il y a 18 mois, l’ancienne chapelle des Ursulines, face à Sainte-Quitterie, au quartier du Mas, Gérard et Sophie Gouyou, un couple de Montois, ont compris qu’ils se lançaient dans une aventure un peu folle mais « on a acheté parce que c’était magnifique tout simplement », dit Sophie.

Gérard et Sophie Gouyou : le pari insensé de redonner vie à ce vaste ensemble chargé d’histoire.

Et il faut croire que cet argument était imparable car les lieux ne ressemblaient plus à rien : l’église, les deux chapelles attenantes, la crypte et les sacristies étaient ouvertes à tout vent, squattées par pigeons et routards, et le bâtiment construit par l’évêque Epivent entre 1871 et 1878 était « un fouillis et un dépotoir qui n’avait plus été ouvert depuis 50 ans. Le premier hiver, dans le froid et les courants d’air, nous avons connu le découragement et parfois les larmes. Les amis montois et même la famille nous ont pris pour des fous. »

Mais le labeur patient des propriétaires a fait son effet, d’autant qu’ils ont reçu l’aide de voisins, de quelques rugbymen motivés par Aurélien Dulas ou Guillaume Oulié : aujourd’hui, les locaux sont hors d’eau, propres, l’assainissement a été installé, quelques vitraux ont même été refaits.

Le projet économique de créer un gîte a pris forme : un dortoir de cinq lits bien équipé a vu le jour dans une chapelle, il peut accueillir pèlerins et touristes. La crypte hébergera bientôt un gîte indépendant.

Un lieu culturel

Reste le second volet du projet : faire de l’église un lieu culturel, d’échanges pour faire vivre pleinement cette belle surface. Pour ce faire, Sophie et Gérard vont déposer ce mois-ci les statuts d’une association de sauvegarde dont l’objectif sera tout autant de recueillir des fonds que de proposer des animations musicales, graphiques… Visiter les lieux est possible au risque de tomber sous le charme et de partager l’enthousiasme communicatif des propriétaires.

Aujourd’hui, Gérard Gouyou constate l’intérêt des visiteurs, des voisins, des élus et réfléchit malicieusement, « maintenant que le projet avance, je ne sais plus si nous étions vraiment fous ».

Source : sudouest.fr