Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Argoules (Somme) : un chantier d'insertion pour restaurer le mur de l'abbaye de Valloires

Fragilisés par manque d'entretien et par leur proximité avec la route, les murs ceinturant l'abbaye de Valloires font l'objet d'une restauration.

L'abbaye de Valloires, c'est un domaine de 21 hectares entièrement ceinturé de murs datant du XVIIIe siècle, et relativement peu entretenus depuis leur construction. « Quelques contreforts avaient été posés par endroits sur la route de Nampont mais il était temps de faire quelque chose pour sauver les murs », explique Jean-Marie Cuminal, président de l'association de Valloires, propriétaire du domaine. Ce mur d'enceinte, en bordure de route, est très fragilisé par le ruissellement des eaux de pluie, et surtout par le passage d'un nombre croissant de véhicules à moteur, de plus en plus lourds et plus rapides.

L'association a donc décidé de réparer les endroits les plus endommagés, en faisant appel aux Chantiers d'insertion, association du Vimeu. Si l'équipe d'ouvriers de Serge Desmet est déjà intervenue dans la commune d'Argoules, sur l'église du village et la chapelle Notre-Dame de Bonsecours, c'est une première coopération avec l'abbaye.

L'association de Valloires va intervenir sur ce mur d'enceinte par tranche de 250 mètres environ. Les deux équipes de 7 ouvriers ont commencé ce travail de réfection le 22 avril dernier et arrivent au bout de la première tranche : la partie du mur allant de l'entrée de l'abbaye à l'entrée des Jardins de Valloires. Ils ont repris les soubassements, remplacé les pierres trop détériorées pour être rénovées, comme ils savent le faire : ils ont l'expérience et l'habitude d'intervenir sur les églises et les monuments historiques.

« En 2014, nous ferons une deuxième tranche, reprend Jean-Marie Cuminal. On attaquera les parties de mur effondrées qui ne protègent plus l'abbaye. Tout cela à un coût. En effet, il faut compter 23 000 €, matériaux et main d'œuvre. Nous avons reçu une subvention de 40 % de la part de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC). »

Vue de l'abbaye de Valloires, seule abbaye cistercienne du XVIIIe siècle complète en France

Source : courrier-picard.fr