Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Blagnac (Haute-Garonne) : Saint-Gabriel rouvrira à l'automne

Fermée depuis juillet 2011, la chapelle Saint-Gabrielle va être rendue aux fidèles cet automne après deux ans de travaux.

Le père John Connolly à l'intérieur de la chapelle

Fermée depuis juillet 2011, la chapelle Saint-Gabriel, blottie entre les rues Marie Curie et du président Kennedy, dans le quartier de l’aérogare, sera à nouveau rendue à sa vocation à l’automne, après deux ans de travaux.

« Alors que nous l’utilisions régulièrement du fait des travaux de l’époque à l’église Saint-Pierre, nous avions constaté un décollement du plafond, explique l’abbé John Connolly, curé de la paroisse de Blagnac, et outre l’aspect esthétique, c’est en termes de sécurité que nous avons pris la décision de ne plus la fréquenter ».

Une fragilité due à l’âge de l’édifice

« La chapelle a été construite en 1966, poursuit le prêtre, en même temps que les maisons du quartier, et comme tous les édifices religieux édifiés après 1905, sur les deniers propres de l’église diocésaine », en charge de l’entretien également, ce qui a conduit au diagnostic d’un expert bénévole, puis à l’inscription des travaux aux financements du conseil économique diocésain. « Le chantier a été engagé, à vitesse réduite, jusqu’à cet hiver, et s’est accru d’une nouvelle difficulté après les grands froids, et les dommages causés au système de chauffage ». Nécessitant ainsi un nouveau devis, un nouveau passage devant l’instance décisionnaire, et une rallonge budgétaire, « pour rajouter 9 000 €, et atteindre un total d’environ 50 000 €, dont un quart financé par la paroisse, la majeure partie par le diocèse ».

Le plafond terminé, il reste désormais à refaire l’installation du chauffage, s’équiper de nouveaux luminaires, rénover le sol, assurer les peintures et finitions intérieures et extérieures, et surtout mettre les accès aux normes de mobilité réduite, tout comme les aspects de sécurité et de sonorisation.

Source : ladepeche.fr