Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Châtres : l'abbaye en voie de renaissance (Charente)

Fermée au public depuis dix ans, l'abbaye de Châtres entame sa rénovation en juin. Guillaume de Jarnac, un des propriétaires, est déterminé. Il crée une association.

Des herbes folles ont poussé aux fenêtres de l'abbaye de Châtres. Du lierre se faufile entre les pierres de l'édifice plus que millénaire planté sur la commune de Saint-Brice. La bâtisse est cachée des regards par une végétation dense. Perdue au milieu des herbes folles, elle est sur le point de connaître une nouvelle jeunesse grâce à la ténacité de Guillaume de Jarnac.

Le sexagénaire, également propriétaire du domaine voisin de Garde-Épée, montre un attachement viscéral à l'abbaye. Il a vu sa soeur et son frère s'y marier. En septembre, ce sera au tour de son neveu. "C'est un monument qui est cher à mon coeur. En habitant à côté, je passe beaucoup de temps ici. Je veux à tout prix qu'elle soit restaurée, même si je sais que ça va prendre du temps", explique-t-il, en tournant l'épaisse clé de fer dans la serrure de l'abbaye.

À l'intérieur, l'architecture de style roman dévoile un plafond voûté. D'une superficie de 700 mètres carrée, elle offre une acoustique remarquable, comme en témoignent les nombreux concerts qu'elle a accueillis. "Le dernier doit dater de 2002 ou 2003, après elle a été fermée pour des raisons de sécurité. Il y a eu jusqu'à 250 personnes ici, tous les concerts étaient complets", se souvient le maître des lieux. Avec huit autres membres de sa famille, il est propriétaire du domaine en indivision.

 

47.000 euros pour les premiers travaux

Tous sont animés par la volonté de la voir revivre. Mais pour ça, le chemin est semé d'embûches. Guillaume de Jarnac peine à sortir la tête de la paperasse. L'abbaye est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis 1948. L'architecte des Bâtiments de France supervisera le chantier. "J'espère vraiment que les travaux pourront débuter en juin. Il y a urgence. Il faut enlever toute la végétation qui pousse sur les murs et consolider plusieurs parties. Il faut aussi drainer le sol, l'abbaye a passé une partie de l'hiver les pieds dans l'eau".

Un escalier qui a été condamné retrouvera sa fonction première. Un cloître en ruine sera aussi consolidé. La toiture, elle, a été refaite il y a une vingtaine d'années. Le monument a subi plusieurs dégradations au fil des siècles. Au XIXe, il a abrité une fabrique de faïence pour laquelle des fours ont été construits. Plus récemment, des tags ont fleuri sur les murs et une balle a même brisé une des vitres. À chaque fois, les propriétaires mettent la main à la poche. Pour cette première tranche de travaux, ils débourseront 47.000 euros. "On va avoir une petite aide de l'État, mais c'est tout. Les autres tranches seront beaucoup plus conséquentes, il faudra trouver des mécènes". Guillaume de Jarnac lance un appel aux passionnés désireux d'intégrer son association "Les Amis de Châtres".

"On pourra réfléchir aux événements à organiser pour la faire revivre comme des conférences, des concerts ou des offices religieux" conclut le propriétaire. Contact par courrier au Logis de Garde-Epée, 16100 Saint-Brice Retrouvez la rubrique "Un jour un village" consacrée à Saint-Brice.

Source : charentelibre.fr