Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Changes saved.
Document Actions

Eglise Saint-Savinien à Sens (Yonne)

Les habitants d'un quartier de Sens, dans l'Yonne, ont lancé une pétition pour sauver leur église, fermée depuis 2010 parce qu'elle menaçait de s'effondrer. Elle contient de magnifiques trésors qui devraient être sauvés par les affaires culturelles.

Historique

Non classée, l’église Saint-Savinien-le-Jeune renferme des œuvres classées et une arche exceptionnelle. Fermée au public, elle menace de s’écrouler. Ancienne chapelle du couvent des Pénitents (XVIIe siècle), devenue église paroissiale en 1826, elle contient de très belles oeuvres :

  • Une arche monumentale, datant de la Restauration, qui sépare la nef du chœur. Portée par quatre colonnes, elle fait apparaître, au milieu de l'entablement, Dieu le Père accompagné de deux anges, surmontant des blasons. Ce décor est très rare, car habituellement, on ne montre pas le visage de Dieu, mais celui du Christ.
  • Des tableaux et des statuaires, des XVIIe et XVIIIe siècles, dont la plupart sont classés. C'est l'église de Sens la plus riche pour ce qui est des tableaux.

Une église menacée

En deux ans, la panne sablière, côté Est, a encore bougé et s'est fracturée. Des morceaux de la corniche ont dû être déposés. Le berceau d’une ouverture s'est fissuré. De grands étais en bois, dits « chandelles », ont été installés sous les entraits il y a un an par la Ville, propriétaire du bâtiment. Des entraits sont cassés à leurs extrémités. Les poinçons appuient sur les entraits, au lieu de tirer et de maintenir l'ensemble. " La charpente pousse sur les murs, constate Samuel Drey, du service départemental de l'architecture et du patrimoine, qui travaille sous l'autorité de Jean-Pierre Mayot, architecte des Bâtiments de France. Il y a un risque d'effondrement et un réel danger pour le public. Voilà pourquoi nous avons demandé, en 2010, que l'église soit fermée. " La mairie a alors pris une mesure dite de péril simple.

Le maire, M. Paris, n'a pas l'intention de mettre de l'argent pour rénover ce bâtiment, tout porte à croire qu'il préfère plutôt reléguer les responsabilités au conseil paroissial en jouant aussi la montre pour la partie administrative. " Cela coûterait 1 million d'euros. Nous n'avons pas les moyens, affirme le maire. Nous devons déjà remettre en état le campanile de l'Hôtel de Ville, pour 3 millions d'euros".

La municipalité est d'autant moins encline à financer cette rénovation que le conseil paroissial n'est pas opposé à une désaffection de l'église. « C'est sous la responsabilité de l'archevêque », affirme le maire. Contacté, Mgr Patenôtre dit ne pas connaître les détails du dossier et renvoie vers les instances locales.

Un sauvetage attendu

En réponse à la demande de l'Observatoire du Patrimoine Religieux, le Directeur régional des Affaires Culturelles confirme avoir « engagé une procédure de révision de l’arrêté afin de l’étendre à l’intégralité de l’immeuble », par courrier du 3 mai 2013, signé au nom du Préfet de région.

Une association se monte actuellement, sur place, en vue d'assurer le sauvetage de l'édifice.