Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

En pays Charolais-Brionnais, des étudiants étrangers font parler les églises

Six étudiants slovènes et leurs deux professeurs effectuent actuellement des relevés architecturaux sur les églises de Chalmoux et Saint-Agnan. Un travail qui ne manque pas d’intérêts.

Une petite bombe atomique. C’est ainsi que Pierre Durix, directeur du centre d’études des patrimoines culturels du Charolais-Brionnais (CEP), définit la découverte réalisée sur l’église de Chalmoux. La semaine dernière, six étudiants de la faculté d’architecture de Ljubljana, en formation dans le cadre des universités d’été du CEP, ont étudié cet édifice sous toutes ses coutures. Et comme souvent lorsqu’un tel travail est réalisé, les surprises n’ont pas manqué.

« Les gens disaient qu’ils avaient l’église la plus moche de tout le département, raconte Pierre Durix. C’est vrai qu’au premier abord, elle n’est pas très attractive. Mais rien qu’en voyant le clocher, je me suis dit qu’elle ne datait pas du XIXe siècle ».

Après seulement trois jours de relevés, l’examen des murs et des maçonneries permettait déjà de l’affirmer : l’église de Chalmoux est en grande partie romane. « Cela a été une énorme surprise car on a découvert qu’elle pourrait même dater de l’époque carolingienne, avant l’an mille ! Ça en ferait l’une des plus vieilles de Saône-et-Loire ».

L’équipe slovène a également mis au jour un des clochers les plus anciens du Charolais. « Il date de 1507 et tout le monde l’ignorait », s’enthousiasme le directeur du CEP.

Cette semaine, c’est à l’église de Saint-Agnan que les étudiants s’intéressent. Depuis lundi, ils multiplient les prises de mesures. Des relevés qui leur permettront d’établir ensuite sept plans très précis de l’édifice sur le logiciel d’architecture AutoCad. « Quand on a tout ça, on a une analyse complète d’un bâtiment, explique Pierre Durix. C’est un travail de haut niveau technique et scientifique ».

Des plans précieux

Pour les étudiants étrangers, l’intérêt est évidemment de pouvoir s’aguerrir sur un cas concret. « Ils apprennent le métier des relevés, un savoir-faire presque en voie de disparition », ajoute le directeur du CEP.

Les précieux plans réalisés à moindre frais peuvent également être utiles aux communes concernées. « Même s’ils sont notre stricte propriété, on peut le remettre aux archives communales en vue d’une restauration. Car sans plans, pas de restauration… ». Ce travail de fourmi permet enfin de constituer au fil des années un fonds documentaire exceptionnel sur les églises romanes du Charolais-Brionnais. Un travail patrimonial qui n’a pas de prix.

Les universités d’été du Centre d’études des patrimoines culturels du Charolais-Brionnais, cela fait 24 ans que ça dure. Chaque année, une campagne de relevés architecturaux des églises romanes est réalisée par des étudiants issus de grandes universités étrangères. Du Portugal, de Hongrie, de Pologne, du Canada, du Brésil ou encore du Japon, près de 400 élèves architectes ont déjà participé à ce gigantesque inventaire débuté en 1990. D’ici deux ans, la totalité des églises romanes du Charolais-Brionnais aura été recensée et bénéficiera ainsi de plans professionnels. Un fond documentaire accessible aux chercheurs du monde entier.

« C’est un travail unique en Bourgogne mais aussi en France, se félicite Pierre Durix, le directeur du CEP. Cette action est destinée à promouvoir le développement touristique et notamment les Chemins du Roman en Bourgogne du Sud ». Rappelons que ce programme vise à mettre en réseau la centaine d’églises ou de chapelles partiellement ou entièrement romanes que compte le Charolais-Brionnais. Un programme partie prenante du projet européen Transromanica et qui a reçu en 2007 le label Grand itinéraire culturel européen. Chaque année, entre 250 000 et 350 000 visiteurs empruntent ce circuit.

Pierre Durix, directeur du Centre d’études des patrimoines (CEP) culturels du Charolais-Brionnais “On a fait découvrir des trésors en terme de patrimoine.

À Chalmoux, les étudiants ont découvert que l’église pourrait dater de l’époque carolingienne.

Source : lejsl.com