Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

La Flotte-en-Ré. À la découverte des églises (Charente-Maritime)

Depuis trois ans, la Nuit des églises, événement national, ne cesse de voir grossir le nombre d’églises participantes. Sa vocation : ouvrir les édifices chrétiens et s’adresser à tous les pèlerins, croyants ou non. Cette année, elle aura lieu le 6 juillet.

Concrètement, il s’agit d’accueillir les visiteurs, en leur faisant découvrir les richesses des églises par le biais de visites commentées ou thématiques (architecture, histoire du saint local, musique), de conférences sur des thèmes artistiques ou sur l’église, de projections de films, de lectures, de méditations, de chants, de visites aux chandelles, d’expositions d’ornements liturgiques et mille autres sujets encore…

C’est l’occasion pour chaque paroisse de faire place à l’esprit d’initiative, à la créativité, à l’imagination !

L’art du maître verrier révélé

Si, dans l’île de Ré, l’église de La Flotte a été la première à participer à cet événement, l’église de Saint-Martin-de-Ré l’a rejointe cette année. L’an passé, La Flotte dévoilait ses trésors devant 400 visiteurs. Un véritable succès.

Cette année, l’église de La Flotte fait découvrir l’extraordinaire collection de ses 17 vitraux.

Ensemble exceptionnel puisque la totalité d’entre eux a été réalisée entre 1876 et 1878 par le grand peintre verrier Jean Besseyrias.

Cette collection, fille du phylloxéra, retrace l’actualité politique ou religieuse de l’époque à travers des coloris somptueux et un jeu d’ombres et de lumières fascinant.

Le programme de la Nuit des églises à La Flotte est l’occasion de montrer au public un choix iconographique qui révèle le renouveau de l’art du maître verrier au XIXe siècle (Roger Touton, conférencier).

Hommage à Sainte Thérèse

Quant à l’église de Saint-Martin-de-Ré, elle propose de faire découvrir Sainte Thérèse de Lisieux, dont une statue orne l’église.

Née en 1873, elle meurt à l’âge de 24 ans. À sa mort, 20 personnes suivent son cercueil ; vingt-huit ans plus tard, elles sont environ 500 000 à assister à sa canonisation.

Source : sudouest.fr