Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Lahonce. Le monde se rassemble au chevet de l’abbaye (Pyrénées-Atlantiques)

Répondant à l’invitation du maire, Pierre Guillemotonia, des représentants de l’État, de la Région, des affaires culturelles et du patrimoine, ainsi que des élus régionaux et locaux se sont retrouvés à Lahonce mercredi dernier.

Ils sont venus au chevet de l’abbaye des Prémontrés, édifice du XIIe siècle et fleuron des églises romanes de la région, victime du temps et des hommes. Sensibilisée depuis toujours, la municipalité a élaboré, en concertation avec Patrick Duboscq, conseiller municipal en charge du dossier, et François Bioy, président des Amis de l’abbaye, un projet global.

Il vise à maintenir un lieu de culte, à restaurer et aménager le site et à définir la politique culturelle et touristique.

Les architectes Soriano-Barrière d’Anglet ont été retenus pour réaliser une étude préalable des travaux. Patrick Duboscq s’est chargé de contacter et de sensibiliser les acteurs-clés dans ce type de dossier.

L’abbaye a souffert

Mercredi, après une visite des lieux, Hervé Soriano a présenté son étude. Il constate que l’abbaye a énormément souffert au cours des cinquante dernières années : des parties importantes des bâtiments originels ont été détruites ; des restaurations partielles ont été menées de façon parfois anarchique. Plus récemment, les initiatives prises ont été plus judicieuses mais limitées par les capacités financières du village.

L’expert se borne, pour l’instant, à lister les mesures conservatives urgentes et sécuritaires. Pour celles-ci, une première estimation s’élèverait à 20 000 euros HT. Pour l’ensemble du projet, les aléas sont tels qu’il faudra attendre la fin de l’étude pour se prononcer. Mais il pourrait s’agir de plusieurs centaines de milliers d’euros.

« Concilier l’inconciliable »

Si, comme d’autres participants, Soazick Le Goff Duchâteau, architecte des Bâtiments de France, ne cache pas son enthousiasme pour ce projet, elle concède qu’il faudra « concilier l’inconciliable », car préserver un élément ou une période revient souvent à en détériorer une autre. En effet, la commune de Lahonce ne pouvant seule en couvrir les charges, l’aide de tous les partenaires potentiels (subventions Europe, État, Région, sponsors, individuels, etc.) sera indispensable. Un comité de pilotage qui se tiendra à l’automne.

Source : sudouest.fr