Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

L'église de Gesté vandalisée, et toujours menacée

Patrimoine - Gesté, église - La commune de Gesté est-elle au dessus des lois et de l’autorité de la chose jugée ?

C’est, en tout cas, ce que semble penser son maire et le conseil municipal qui ont voté à nouveau, lundi 6 mai, leur volonté de démolir partiellement l’église et ont, dans la foulée, lancé un avis d’appel public à la concurrence pour cette destruction.

Or, il faut rappeler que la cour administrative de Nantes a, en appel, annulé le permis de démolir, car cette décision était « entachée d’une erreur manifeste d’appréciation » pour au moins deux raisons : l’intérêt architectural de l’édifice et son état de conservation correct qui ne menace pas ruine. Le Conseil d’État avait par ailleurs rejeté la demande de pourvoi en cassation de la Mairie de Gesté. La décision de justice est donc claire et définitive : l’église ne doit pas être détruite.

  

On sait, notamment depuis l’exemple d’Abbeville que pour démolir un édifice il suffit de le laisser sans entretien puis de prétexter (cela finit toujours par arriver) les menaces qu’il présente pour la sécurité du public. Depuis notre venue à Gesté, l’association Mémoire Vivante du Patrimoine Gestois (AMVPG), qui se bat pour la sauvegarde de l’église, a pu constater que tout est fait pour accélérer sa détérioration : le chemin de Croix a disparu, l’autel a été brisé, les chéneaux sont laissés bouchés, et la pluie coule à l’intérieur, les pigeons envahissent la nef et leurs fientes jonchent le sol, certains meubles de la sacristie ont disparu, ainsi que les vêtements sacerdotaux (d’époque Empire selon l’association) qui s’y trouvaient. Il s’agit d’un vandalisme délibéré.

  

L’association a saisi son avocat, mais paraît un peu désemparée devant une situation aussi scandaleuse. On se demande vraiment si l’on se trouve dans un État de droit : le sous-préfet de Cholet a reçu l’association le 4 février 2013 et leur a tenu un discours comparable à celui du maire, balayant d’un revers de main les décisions de justice. Que fait le ministère de la Culture, aux abonnés absents, depuis le début de cette affaire ?

Répétons-le une nouvelle fois : la qualité architecturale de cet édifice et son insertion dans le paysage rendent incompréhensible l’absence de protection. Cette église mérite un classement aux Monuments Historiques et des travaux d’office doivent y être menés. 

Espérons au moins que, l’année prochaine, les habitants de Gesté sauront renvoyer dans son foyer ce maire dont la seule obsession semble être de vouloir détruire l’église du village dont il est l’élu.

Source : latribunedelart.com

Fiche de l'OPR sur l'église de Gesté : ici