Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Les Amis des orgues dans l’attente d’aides (Lot-et-Garonne)

MUSIQUE. Dans le cadre du 24ème Festival de musique en Albret, il faut faire réviser l’orgue de l’église de Saint-Nicolas. Coût : 50 000 euros.

Le 5 février dernier a été créée une association, Les Amis des orgues de Nérac, dont l’objectif est de rendre ses lettres de noblesse à cet instrument qui appartient au patrimoine culturel. Ses fondateurs imaginaient déjà des rencontres, des concerts comme cela existe dans des villes du département et ailleurs. Certains pensaient même le mettre à l’honneur lors du 24e Festival de musique en Albret qui débute le 6 juillet. Cette idée était d’autant plus fondée que l’école de musique du Val d’Albret a remis l’orgue à son enseignement dispensé par Anton Stiller, professeur, organiste à Auch et Condom.

Restait un problème majeur à régler, à savoir disposer d’un instrument en bon état. C’est la raison pour laquelle l’association, qui regroupe à ce jour une soixantaine de membres, s’est dans un premier temps mobilisée pour faire restaurer l’orgue de l’église Saint-Nicolas, propriété de la commune, au contraire de celui de Notre-Dame qui, suite à un don, appartient à la paroisse Saint-François d’Assise. « Il s’agit d’un très bel orgue romantique », explique Michel Jouve, facteur et organiste. Président de l’association, Jean-Claude Frebourg rappelle que Louis Raffy, auteur d’une méthode d’enseignement toujours utilisée et compositeur reconnu, en fut l’organiste pendant une trentaine d’années au début du XXème siècle.

Las, aujourd’hui, le bel instrument qui n’a connu aucune révision depuis 1852 a besoin d’être entièrement refait pour une dépense estimée à près de 50 000 euros. Au début du mois d’avril, la mairie a adressé un courrier à la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) pour notamment « connaître le statut de cet instrument au regard de son implantation, ainsi que les démarches à suivre en vue d’une éventuelle restauration ».

La DRAC a répondu en invitant notamment la mairie à lui transmettre le projet de restauration dès qu’il sera établi.

Source : sudouest.fr