Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Les dons financent les travaux

En manque de moyens, les communes font désormais de plus en plus appel aux dons. Des souscriptions publiques pour financer la rénovation de leur patrimoine.

Églises, ponts, lavoirs, moulins, les territoires ruraux sont souvent riches en édifices qui, le plus souvent, commencent à subir l'usure du temps. De leur côté, les communes n'ont pas toujours les moyens financiers de les rénover, préférant donner la priorité à la réfection des écoles ou des salles communales. C'est pourquoi désormais, les mairies font de plus en plus appel aux souscriptions publiques pour prendre en charge une partie des frais de rénovation.

Gilles Alglave, délégué départemental de la Fondation du patrimoine - qui a pour mission de sauvegarder et valoriser le patrimoine rural non protégé, notamment par l'intermédiaire de mise en place de ce type de souscriptions -, confirme cette tendance, « les communes ont des budgets de plus en plus serrés. Il leur devient difficile de réaliser ce type de travaux et c'est donc là que nous intervenons. Ces dernières années, le nombre de demandes n'a cessé d'augmenter ».

Le principe est simple : après avoir identifié les travaux à prévoir puis sollicité le Conseil général pour obtenir des subventions, la Fondation du patrimoine lance un appel aux souscriptions publiques pour obtenir le complément d'argent manquant. Et ça fonctionne plutôt bien.

« Depuis que l'antenne picarde a été ouverte en 2001, 118 souscriptions publiques ont été réalisées, sur un montant global de 18 millions d'euros de travaux, 1,7 million d'euros a été récolté grâce aux souscriptions », explique Gilles Alglave.

Si ce système de souscriptions profite aux communes, les donateurs ne sont pas en reste. Qu'ils soient des particuliers ou des entreprises, ils ont le droit à une défiscalisation, respectivement à hauteur de 66 et 60 % du montant total de leur don.

La commune de Neuilly-sous-Clermont sera la prochaine à bénéficier de ce mode de financement. La mare, située en plein cœur du village commence à se détériorer et la faune et la flore à s'y raréfier. La mairie a donc signé la convention de partenariat le 31 mai dernier, « des travaux de ferronnerie et de valorisation paysagère sont prévus, la mare est un élément central du village, les habitants y sont très attachés », confie une employée de la mairie.

Dans la commune de Laversines, les deux cadrans de l'horloge de l'église Saint-Martin ont été rénovés grâce aux souscriptions publiques. Via l'appel aux dons, la dépose et le remplacement des deux cadrans, mais aussi la restauration des moulures, ont été financés pour un montant total de 7 852 €.

À l'heure où les communes sont priées de faire des économies, le système de souscription publique a de beaux jours devant lui. Du moins, tant que les donateurs répondent présents.

Source : courrier-picard.fr