Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Les travaux de l’église de Janzé (Ille-et-Vilaine) continuent

Une nouvelle expertise du bâtiment a commencé il y a un mois. De nouveaux capteurs vont déterminer l'état du clocher de l'église.

Un couvreur est intervenu, il y a un mois, pour comprendre comment les contreforts de l’église ont été installés lors de sa première rénovation au début du XXe siècle. Des capteurs ont été installés par la même occasion par l’entreprise Jamain.

Ainsi les travaux de l’église de Janzé ne sont pas une nouveauté. Achevée en 1885, elle a été l’objet de nombreuses petites rénovations. Cela fait déjà 10 ans qu’une première étude considérait les réparations de l’église à près de 3 millions d’euros.

« Le travail de sécurisation est achevé »

En 2007, avec l’arrivée d’un nouveau maire, un nouveau diagnostic a été établit. L’entreprise Jamain, spécialisée dans la rénovation des architectures du patrimoine, avait remporté en 2010 l’appel d’offres de la mairie.

« On critique souvent les études qui demandent un certain temps d’action, mais celle-ci nous permet de voir au long terme et d’éviter de réaliser des travaux coûteux qui ne suffiront pas dans les années à venir », explique Hubert Paris, maire de Janzé.

Pendant 1 an l’entreprise Jamain a placé des témoins au niveau des nombreuses fissures que possède le bâtiment. Certaines sont très impressionnantes, comme celles présentes au niveau de la voûte et de la nef centrale, avec un espacement de 3 cm. Pourtant il n’y a pas d’inquiétudes sur ce diagnostic. « Ces fissures, que l’on voit, existent depuis 15 à 20 ans et ne bougent plus », souligne Hubert Paris.

En revanche, certains blocs de 10 tonnes semblaient sur le point de se désolidariser du bâtiment. Certains joints avaient presque entièrement disparu.
La mairie tient à rassurer : « aujourd’hui le travail de sécurisation est achevé ».

Un total de 200 000 €

Ces premiers travaux ont représenté un coût de 35 000 € sur un total de 200 000 €.

Aujourd’hui la mairie a de nouveau fait appel à l’entreprise Jamain, mais cette fois pour étudier l’état du clocher. « Son état est plus préoccupant, même si pour l’instant on ignore l’ampleur des travaux qui seront nécessaires ».

Les travaux sur le clocher doivent débuter fin 2014

De nouveaux capteurs ont été placés et devraient permettre de définir si le clocher subit des pressions horizontales, dues aux poids des cloches qui pèsent une tonne chacune, ou verticales. Cette deuxième possibilité, qui n’est pas privilégiée par rapport à la première, confirmerait l’enfoncement du clocher dans le sol, autrefois marécageux. Les premières interventions sur le clocher devraient débuter vers la fin 2014 ou début 2015.

En attendant, Hubert Paris souhaite entreprendre « des choses faciles à faire et peu onéreuses ». Sous les recommandations de l’entreprise Jamain, l’église doit davantage respirer pour prévenir de l’humidité qui sur le long terme met en danger la structure. Ainsi, le goudron qui enserre l’église sera enlevé et remplacé par des arbustes.

Avec plus de 6 millions de recettes, Hubert Paris assure que « la ville de Janzé a les moyens de payer pour son église, les finances de la ville sont bonnes ».

Source : lejournaldevitre.fr