Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Lille : malmenée par l’hiver, l’église Saint-Étienne se laisse prendre dans des filets (Nord)

Après les intempéries des derniers mois, la façade donnant sur la rue de l’Hôpital-Militaire faisait grise mine. La mairie, propriétaire, a diligenté des travaux de sécurisation en urgence. Pour la nécessaire restauration, par contre, les fidèles devront patienter.

L’hiver a décidément été rude pour les vieilles dames. Après Saint-Maurice (nos éditions précédentes), c’est au tour de l’église Saint-Étienne de panser ses plaies après une saison en enfer. Au sortir de l’épisode sibérien, la mairie avait passé en revue les dix-sept édifices (dont quatorze catholiques) cultuels dont elle a la propriété, et relevé l’état préoccupant du bâtiment donnant sur la rue de l’Hôpital-Militaire.

Purge
Depuis lundi et pour deux semaines, les équipes de l’entreprise Réseau-Jade jouent donc les spidermen des clochers, sur une nacelle ou suspendus à leurs cordes, pour sécuriser l’édifice. « On a purgé les pierres qui se délitaient, arraché la végétation et installé des filets pare-gravats, décrit Romain Conil, de Jade. On va maintenant reboucher les couvertines en plomb (qui protègent les pierres). »

Les fidèles vont devoir s’habituer aux filets qui emmaillotent désormais l’ancienne église de Jésuites, qui prit son nom actuel en 1796, trois ans après que Saint-Étienne première du nom eût disparu dans un incendie, durant le siège de Lille. Car si la mairie a débloqué 18 000 € en urgence pour la façade, et que 63 000 € de travaux étaient prévus d’ici la fin d’année, pour consolider les contreforts et refaire les marches du perron, la réhabilitation de ce monument historique n’est pas pour tout de suite.

Une restauration... un jour
Elle pourrait même attendre « un certain temps », précise (ou pas) l’élu au patrimoine, l’écolo Dominique Plancke, pour qui la restauration (façade, toiture, nef, mais aussi sacristie et caveau des jésuites) sera « du niveau de celle de Notre-Dame de Fives ». Soit, à titre de comparaison, quatre millions d’euros. « Pour l’instant, rien n’est budgété », prévient le conseiller municipal.

Source : lavoixdunord.fr