Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Patrick Goujon installe son orgue dans l’église Saint-Jean-Baptiste de Puy-Fort-Aiguille (Lot-et-Garonne)

Ancien professeur de musique, Patrick Goujon prête son orgue à l'église Saint-Jean-Baptiste de Puy-Fort-Aiguille, paliant à la pénurie d'orgues que connaît la région.

L'orgue prêté par Patrick Goujon, en bois de sapin, correspond à la taille de l'église

Ancien professeur de musique à la cité scolaire avant de devenir proviseur dans d’autres départements, Patrick Goujon, est revenu habiter sa maison de Puy-Fort-Aiguille, une fois la retraite venue. Une maison dans laquelle, en 1987, le facteur d’orgue Étienne Fouss, qui exerce aujourd’hui son art en Dordogne, lui a fabriqué un instrument.

Deux claviers de 55 notes

Cet instrument, c’est un orgue d’études doté de deux claviers de 55 notes accouplables et de deux jeux de huit pieds, idéal pour travailler les pièces romantiques. C’est cet instrument, en sapin du nord, que Patrick Goujon, en accord avec la paroisse et l’évêché, a décidé d’installer en l’église Saint-Jean-Baptiste de Puy-Fort-Aiguille.

Il est en train de remonter l’instrument et propose à toutes les personnes intéressées d’assister à cette opération peu banale et assez instructive avec des centaines de pièces, dont 110 tuyaux, à assembler.

Élève d’Anton Stiller

Élève dans la classe d’orgue d’Anton Stiller au sein de l’école de musique du Val d’Albret, l’ancien professeur explique qu’il peut « continuer à jouer sur cet orgue de salon qui correspond à la taille de l’église et qui peut servir aussi à des élèves et être utilisé dans le cadre de concerts de musique baroque. Des concerts que l’on pourrait organiser pour animer le village. » Cette nouvelle activité serait promue par l’association Les greniers du Puy, dont il est membre. Instrument d’église par excellence, l’orgue servira aux cérémonies religieuses à l’occasion de mariages, par exemple.

Son installation survient au moment où celui de l’église Saint-Nicolas a totalement rendu l’âme. La paroisse, qui ne peut plus l’utiliser a lancé un appel auprès de la mairie. Déjà sollicitée par l’association des Amis des orgues de Nérac pour le faire restaurer, la collectivité, propriétaire de l’instrument, n’est pas prête à assumer immédiatement cette charge imprévue. Une charge qui, selon des spécialistes aurait pu être évitée si un contrat de maintenance avait été signé pour éviter ce type de désagrément.

Des spécialistes pour le moins surpris pour savoir que, contrairement à ce que d’aucuns ont pu dire, cet orgue a fait l'objet d’une totale rénovation dans les années 1990.

Elle avait été réalisée par Alain Leclerc, facteur d’orgue, aujourd’hui disparu, qui était installé à Laromieu dans le Gers (32). C’est dire que l’état actuel de cet instrument suscite quelques interrogations.

Ne resteraient donc à ce jour que les orgues de l’église Notre-Dame et du temple si le jeune retraité ne mettait pas son instrument au service du plus grand nombre dans l’église de ce hameau haut perché de la commune.

Source : sudouest.fr