Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Près de 1500 mosquées détruites ou endommagées recensées en Syrie

En deux ans de conflit, un grand nombre de sites religieux et historiques ont été détruits, endommagés ou pillés en Syrie. On compte aujourd'hui près de 1500 mosquées atteintes, parmi les décombres du reste du pays.

Mosquée Khalid ibn Walid avant le bombardement par les troupes syriennes.

Depuis le début du conflit qui frappe la Syrie, près de 1500 mosquées détruites ou endommagées ont été recensées dans le pays, notamment certaines des plus anciennes et emblématiques pour les syriens et la communauté musulmane. C'est le cas, exemple parmi tant d'autres, de la mosquée des Omeyyades d'Alep, située dans la Vieille Ville d'Alep et classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, construite au XIIIe siècle et dont le minaret, plus ancien, datant du XIe siècle, a été complètement détruit. Au-delà de la pierre, sans grande importance face au massacre d’innocents, c’est un patrimoine religieux et historique choyé par le peuple syrien qui est détruit.

En deux ans de conflit, un grand nombre de sites historiques ont été endommagés ou pillés en Syrie. L'UNESCO et d'autres organisations internationales ont exprimé à plusieurs reprises leur inquiétude à propos de ces sites, dont six sont inscrits au Patrimoine mondial de l'humanité comme la veille ville d'Alep et celle de Damas, ainsi que le Krak des chevaliers, célèbre château croisé. Certains évoquent même « un crime contre la civilisation ».

Ainsi, outre des mosquées, des églises, des synagogues ou encore des écoles religieuses ont aussi été détruites, information qui n'a pourtant rien d'exceptionnel quand on sait que des quartiers entiers ont été complètement détruits, comme on peut le voir sur cette première photo :

   

Les décombres de la mosquée des Omeyyades, joyau historique de la ville d'Alep et la mosquée Khalid ibn al-Walid à Homs.

Vue du minaret, aujourd'hui détruit...

Sources : al-kanz.org, LeParisien.fr, rfi.fr