Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Roubaix: Les Amis de l’église Saint-Michel veulent prévenir avant de devoir guérir les vitraux (Nord)

Quatre-vingts ans après la pose des vitraux de l’église Saint-Michel, joints et plombs ont besoin d’être restaurés. Un premier vitrail a déjà dû être déposé dans l’urgence. Pour sensibiliser et récolter des fonds, une poignée d’amoureux de l’édifice s’est réunie en association, Les Amis de l’église Saint-Michel.

Saint-Michel, c’est cette église de l’avenue Linné dont la flèche blanche a été récemment restaurée. À force de la voir juste en face de chez eux, Pierre-Henri et Françoise Malbrel, couple de paroissiens, en sont tombés amoureux. Il faut bien avouer qu’elle ne manque pas de charme. « C’est la seule église de Roubaix de style art déco », affiche Françoise Malbrel. « Elle est de forme architecturale spéciale, gréco-byzantine », enchaîne son époux, intarissable sur le procédé de construction en pierre reconstituée et, sûrement, moulée.

Érigée à la fin des années 1920, elle n’atteignit jamais la hauteur et le faste des premiers plans, faute d’argent (bâtie après 1905, elle fut entièrement financée par les dons). Mais quand même, une série de vitraux sont commandés au maître verrier J.-J. Vosch, de Montreuil, et sont posés entre 1932 et 1936. Le chœur reçoit ainsi deux vitraux monumentaux hauts de 4,5 m. Avec les six vitraux plus modestes du transept, ils représentent les archanges Michel, Raphaël et Gabriel en action. Dans la nef, 48 vitraux en rosace de 1,5 m de diamètre environ figurent des anges et des angelots.

Depuis 80 ans, ces vitraux sont scellés dans leurs plombs. « Les pièces de verre ne sont pas en mauvais état mais les plombs sont à changer, explique Marie-Monique Delahaye, artisan vitrailliste installée à Roubaix. Avec le temps, ils se dégradent, le mastic part en poussière et les vitraux pèsent sur les soudures qui sautent. » Bref, il serait temps de s’atteler à la tâche. L’urgence est d’autant plus prégnante qu’un vitrail de la nef s’est récemment détaché de son support. Déposé, il est actuellement en restauration dans l’atelier de la spécialiste. Autre point faible de l’ouvrage : les verres de protection extérieurs nécessiteraient également d’être changés.

Pour sensibiliser et mobiliser autour d’eux, le couple Malbrel, la vitrailliste et Laurence Mourette (habitante du Nouveau-Roubaix déjà engagée dans le combat pour la préservation de Saint-Joseph et membre de la Société d’émulation de Roubaix) ont monté l’association Les Amis de l’église Saint-Michel. « Le but est de restaurer et sauvegarder l’église et ses vitraux qui présentent une grande unité de style sur la thématique des anges », note Laurence Mourette.

Le bâtiment ayant été construit après 1905 et la loi de séparation de l’Église et de l’État, ses sauveteurs ne peuvent toutefois compter que sur eux-mêmes pour réunir les fonds nécessaires au chantier de restauration. Il s’agirait, dans un premier temps, de réaliser un diagnostic précis de l’état des vitraux. L’édifice n’étant pas classé, ni inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, l’association va également tenter d’obtenir le label de la Fondation du patrimoine. Mais dès à présent, elle lance un appel aux adhésions et aux dons. Pour le moment, le chantier est estimé à 20 000 euros. Les Amis de l’église Saint-Michel seront présents, le 30 juin, à la brocante de la paroisse de la Trinité, organisée cette année dans l’église Saint-Michel.

Source : nordeclair.fr