Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Sainte-Anne (Doubs) : les difficultés d’un petit village pour entretenir son patrimoine bâti

Depuis septembre 2011, le petit village de Sainte-Anne (35 habitants) s’est lancé dans la restauration de son église du XVIIe siècle, classée aux Monuments historiques. Les voûtes de l’édifice menaçant de s’effondrer ont obligé la municipalité à prendre des mesures et à lancer ce chantier ambitieux et onéreux.

Dans un contexte économique difficile et contraint, 519 000 € doivent être trouvés par l’équipe municipale et les responsables de l’association « Sauvegardons l’église de Sainte-Anne » pour mener à bien ce projet. « Ce coût prévisionnel des travaux de restauration dépasse grandement les moyens de notre petite commune dans une période où il y a de moins en moins de "grain à moudre", et où les priorités des éventuels partenaires financeurs sont axées sur d’autres secteurs que la restauration d’une petite église de village, fut-elle inscrite à l’inventaire des monuments historiques » explique Joël Bole, le Maire du village. Pour l’heure, une souscription a bien été lancée mais la somme recueillie reste bien modeste. « Les gens sont généreux. Ils font un geste en fonction de leurs possibilités. Il nous faudrait tellement de souscripteurs pour pouvoir financer une partie de ce chantier » explique l’édile.

La poursuite des travaux remise en cause ?

Si pour l’heure, le financement de la première tranche des travaux est acquis. Le budget de la deuxième tranche (estimée à 168 000 €) et de la troisième tranche (126 000 €) est loin d’être bouclé. « Cela dépendra des fonds que nous pourrons mobiliser auprès des habituels partenaires institutionnels et privés » reconnaît le maire. Pour l’heure, seule la première phase de la première tranche des travaux a été réalisée. L’appel d’offre pour la seconde phase vient d’être lancé. En attendant, les habitants, qui s’investissent sans compter, organisent une fête villageoise le 28 juillet. Ils espèrent ainsi récolter un maximum d’argent qui aidera au financement de ce projet. Mais sans un appui fort des collectivités et autres institutions, la réalisation de ce projet semble être bien loin.

Source : pleinair.net