Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Trévron (Côtes-d'Armor) : l'église est fermée au public pour raisons de sécurité

En projet depuis plusieurs années, la rénovation de l'église va être entreprise, révélant la mauvaise nouvelle d'un clocher fragilisé. Le maire a pris des arrêtés pour la sécurité : périmètre de sécurité, interdiction au public, arrêt de la sonnerie des cloches... Jusqu'à la fin des travaux.

Depuis des années, les élus se sont penchés sur le dossier de l'église. Cette année, le conseil municipal a décidé de s'y attaquer fermement. Il a voté, dans le budget, une ligne de dépenses de 295 000 € pour la restauration de l'église et surtout de son clocher. Sept architectes ont répondu à l'appel d'offres.

Paul-Henri Clément, des ateliers 44 de Nantes et sa proposition ont été retenus.

L'homme de l'art a donc procédé à un diagnostic du clocher avant d'établir son avant-projet. Une surprise pas très agréable attendait la municipalité. Cet avant-projet préconise trois mesures impératives.

« Selon le diagnostic, l'architecte nous incite fortement à arrêter les sonneries des cloches, à fermer l'église au public tant que les travaux ne sont pas effectués, à installer un périmètre de sécurité », annonce Francis Guerzider, maire.

Trois arrêtés ont été pris sur le champ par le maire. La fragilité du clocher est due, semble-t-il, à deux facteurs : une structure de maçonnerie mal conçue à l'origine au XIXe siècle et l'électrification des cloches qui a fragilisé l'ensemble.

« J'espère que cette fragilité n'aura pas d'impact sur le coût final des travaux. On en saura un peu plus fin juillet », fait remarquer Francis Guerzider.

Côté trésorerie, la commune a repris des couleurs qui permettent d'envisager sereinement le financement de ces travaux par un emprunt et par des subventions.

« Compte tenu de nos résultats financiers, le financement de l'église se fera assez facilement. » D'ores et déjà, le conseil général au travers du contrat du territoire octroie 53 756 €. On attend les réponses de l'État (20 % des travaux) et du conseil régional (20 %).

Source : ouest-france.fr