Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Presse Presse
 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Vol d’un tabernacle : les habitants de Brie-Comte-Robert sous le choc !

Aisne : La profanation de la chapelle de l’église Saint-Etienne et le vol du tabernacle et des hosties consacrées n’émeuvent pas seulement les fidèles.
On ignore encore le mobile : la recherche d'un bien de valeur ou le vol de l'eucharistie ? Une plainte a été déposée à la police et la justice est saisie de ce dossier.

La chapelle attenante à l’église forcée et le tabernacle volé la nuit du 9 au 10 mars

«Cet acte revêt pour nous une gravité particulière car, outre la profanation du lieu et le vol, ce tabernacle contenait des hosties consacrées », écrit le père Régis Evain, curé de la paroisse Saint-Etienne de Brie-Comte-Robert, en région parisienne. 
Dans un entretien à Radio Vatican, P. Régis rapporte que pas seulement ses paroissiens mais tous les habitants de Brie sont encore très choqués par cet acte triplement répréhensible car : d’abord commis dans un lieu sacré, puis portant atteinte à un objet de valeur qui appartient au patrimoine mais surtout – « le plus grave pour nous », estime-t-il - c’est l’eucharistie qui a été volé.

Doit-on en venir à la fermeture de nos églises pour les protéger du brigandage?

Le vol dans les églises est un phénomène européen : statues, candélabres, calices, encensoirs … tous est bon pour les pilleurs d’églises. En novembre dernier, c’est tout un réseau national qui a été démantelé dans le Pas-de-Calais, au bout de six mois d’enquête. Des vols commis en bande organisée, précise la police qui a déjà mis la main sur 5 de leurs chefs. Face à ce constat, de plus en plus d’églises ont décidé de fermer leurs portes en dehors des offices. Et l’église Saint-Etienne de Brie-Comte Robert, elle non plus n’a pas été épargnée par ces vols « de petits objets » à plusieurs reprises, mais elle n’avait jamais connu un vol d’une telle gravité.

Le P. Régis souhaite réparation par la justice mais également par « la vraie justice », celle qui « doit se vivre avec Dieu et envers Lui, avec sa miséricorde et en esprit de réparation ». « Le Christ a offert sa vie pour nous racheter et réparer pour nos péchés ; et nous, qu’allons-nous faire pour réparer cet outrage qu’Il a reçu ? », demande-t-il à ses paroissiens dans sa lettre.

L'avis de l'OPR : aussi choquant soient les vols, ne tombons pas dans le piège de la fermeture car fermer, c'est renoncer. Les vols ont toujours existés, et l'église se doit d'etre ouverte à tous !

source: http://www.aleteia.org