Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Cri d’alarme pour les églises de Paris

Paris – Le 24 octobre 2013 : 73 millions de touristes visitent chaque année Paris et en particulier nos églises, véritables musées à ciel ouvert. À l’heure où les Américains dénoncent l’état calamiteux de Saint-Merri et de Notre-Dame-de-Lorette, l’Observatoire du Patrimoine Religieux et SOS Paris dénoncent l’état d’urgence des lieux de cultes parisiens. À quelques mois des élections municipales, ces deux associations interpellent les candidats sur l’avenir du patrimoine religieux de la capitale.

l’Observatoire du Patrimoine Religieux et SOS Paris demandent aux élus de s’engager

 

Un patrimoine unique en France, délaissé depuis 30 ans

 

fra merrind-1.jpg

 

La ville de Paris possède 96 sanctuaires dont 85 églises relevant du culte catholique, 9 temples et 2 synagogues, dont la plupart sont protégés au titre des monuments historiques. Ces édifices, « des chefs-d’œuvre architecturaux qui renferment énormément d’œuvres d’art », déclarait récemment l’adjointe au Maire de Paris en charge du Patrimoine, constituent le cœur de l’urbanisme de notre capitale. Ils sont aujourd’hui en très mauvais état.

Depuis les années 1980, la grande pitié des églises de France s’abat également sur la capitale. En dépit du grand professionnalisme des fonctionnaires de la Direction des affaires culturelles, ces chefs d’œuvres de l’art national sont menacés. Ainsi, la ville de Paris dépense aujourd’hui 700 000 € pour un échafaudage protégeant la toiture de St-Philippe du Roule, sans prévoir aucun travaux de toiture…

Pourtant un « Plan églises » fut proposé au Conseil de Paris dans les années 1990 prévoyant un milliard de francs sur 10 ans ; il ne fut jamais mis en œuvre.

Le budget alloué à l’entretien et à la restauration des monuments religieux :

  • En 1994 : près de 20 millions d’euros (100 millions de francs de l’époque),
  • Première mandature de Bertrand Delanoë : 90 millions € sur 6 ans, soit 15 millions par an — sur un budget total de 5 milliards € (0.3 %),
  • Deuxième mandature de Bertrand Delanoë  66 millions € — 11 millions € par an — pour un budget municipal de 7.95 milliards € en 2012 (0.14 %).

Alors que le budget de Paris a augmenté de 59 % en 10 ans, le budget alloué aux bâtiments religieux appartenant à la ville a diminué de 27 %.

Appel aux élus : 0,5 milliard à trouver dans les 15 prochaines années

 

fra merrind-2.jpg

 

Aujourd’hui, il y a urgence ! La restauration de chaque monument coûte de plus en plus cher, pouvant dépasser 20 millions € par édifice : un demi-milliard € sera nécessaire dans les 15 ans pour sauver ces 96 sanctuaires majeurs du patrimoine français, ce qui représente 15 € par habitant et par an ou encore 0,4 % des 3 613 € que dépense la ville chaque année pour chacun de ses habitants.

L’État donne pourtant l’exemple, dépensant près de 25 millions € pour refaire la seule coupole du Panthéon.

Plus le temps passera, plus ces églises seront dégradées et plus leur restauration coûtera cher, et moins la population sera en mesure d’en apprécier la beauté, précipitant ainsi leur ruine.

Enfin, la plupart de ces édifices en dépit d’un maquillage de circonstance — le nettoyage de la façade principale de Saint-Paul Saint-Louis par exemple — sont d’une saleté indigne de la ville de Paris, et sur les près de 300 orgues de la capitale, un grand nombre a le privilège d’être muet.

L’Observatoire du Patrimoine Religieux et SOS Paris demandent aux élus de droite comme de gauche de s’engager en faveur du patrimoine des Parisiennes et des Parisiens.

Les 10 édifices les plus menacés de Paris : Saint-Merri, Notre-Dame-de-Lorette, Saint-Augustin, en dépit de la réfection du dôme, La Trinité, en dépit du ravalement intérieur dans les années 1980, La Madeleine, Saint-Eustache, en dépit des restaurations de quelques chapelles, Saint-Sulpice (l’intérieur), Saint-Nicolas des Champs, Saint-Jean de Belleville, Saint-Severin…

Les dépenses de la ville de Paris pour son patrimoine religieux, depuis 2005 : 74 millions €, contre 85 millions € pour la Gaîté Lyrique — dont le coût de fonctionnement pour la ville de Paris est chaque année de 5.5 millions € — et au moins 110 millions pour le nouveau stade Jean Bouin.

  • 2012 : 8,51 M€ dont 4,83 M€ pour des projets individuels et 3,68 M€ pour l’entretien des édifices cultuels dont sécurisation,
  • 2011 : 5,04 M€ dont 1,89 M€ pour des projets individuels et 3,15 M€ pour l’entretien des édifices cultuels dont sécurisation,
  • 2010 : 9,42 M€ dont 6,63 M € pour des projets individuels, 1,71 M€ pour l’entretien des édifices cultuels, 0,93 M€ pour leur sécurisation et 0,15 pour la restauration des œuvres d’art (il n’est pas précisé le budget imparti pour les œuvres dans les lieux de culte et dans les musées),
  • 2009 : 15,21 M€ dont 12,5 M€ pour des projets individuels et 1,81 M€ pour l’entretien des édifices cultuels et 0,32 M€ pour leur sécurisation,
  • 2008 : 14,37 M€ dont 10,05 M€ pour des projets individuels, 4 M€ pour l’entretien des édifices cultuels dont sécurisation et 0,32 M€ pour la restauration des œuvres d’art (il n’est pas précisé le budget imparti pour les œuvres dans les lieux de culte et dans les musées),
  • 2007 : 7,29 M€ dont 3,88 M€ pour des projets individuels et 3,41 M€ pour l’entretien des édifices cultuels dont sécurisation,
  • 2006 : 7,29 M€ dont 3,88 M€ pour des projets individuels et 3,41 M€ pour l’entretien des édifices cultuels dont sécurisation,
  • 2005 : 6,66 M€ dont 5,52 M€ pour des projets individuels, 1,03 M€ pour l’entretien des édifices cultuels dont sécurisation et 0,11 M€ pour la restauration d’œuvres d’art (uniquement dans les lieux de culte).

Contacts presse :

 

 Télécharger le communiqué de presse au format PDF

 Les élus s'engagent