FOCUS SUR AVIGNON ET CARPENTRAS: SOUS LE SOLEIL, LA DECREPITUDE... — Observatoire du patrimoine religieux

Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

FOCUS SUR AVIGNON ET CARPENTRAS: SOUS LE SOLEIL, LA DECREPITUDE...

30 novembre 2017

Le Vaucluse est un département très riche en patrimoine religieux avec environ 800 édifices( dont le Palais des Papes, unique au monde et la plus ancienne synagogue de France). Beaucoup ne sont plus affectés au culte.
En Avignon et à Carpentras, l'extérieur des églises parait plutot en bon état, mais pour certaines, dès que l'on franchit le seuil, on est frappé par l'état de délabrement qui règne: trâces d'humidité et d'infiltration sous les voûtes, noirceur des chapelles, tableaux abimés. Et pourtant, avec de la volonté, des restaurations seraient toujours possibles, grâce aux aides.

FOCUS SUR AVIGNON ET CARPENTRAS: SOUS LE SOLEIL, LA DECREPITUDE...

Eglise Saint-Siffrein, Carpentras (84) @ Bernadette Saint Georges Chaumet OPR

Un constat édifiant

img_3609.jpgUne journée en Avignon et à Carpentras suffit à prendre conscience de la grande misère des églises qui  ne semblent  pas avoir été une priorité pour les communes concernées les années passées: murs effrités, peintures décrépies, noirceur des voûtes et des chapelles...

@chapelle de la basilique Saint-Pierre, photo Bernadette Saint Georges Chaumet OPR

 

img_3555.jpgEt pourtant , en plein centre historique où des milliers de touristes et festivaliers viennent chaque année, des édifices remarquables par leur architecture, leurs tableaux et objets d'art sont visités, des personnes s'y receuillent, des messes y sont célébrées...mais donnent l'impresion d'être laissés à l'abandon. C'est le cas de l'église Saint-Didier où la voûte est presque entièrement tachée.

La plupart sont classées au titre des Monuments Historiques, ce qui devrait leur permettre d'être l'objet de la plus grande considération et d'un minimum de restauration.

@ voûte de Saint-Didier, photo Bernadette Saint Georges Chaumet, OPR.

L'arbre qui cache la fôret

img_3646.jpgCertes quelques réalisations ont été entreprises ces dernières années en Avignon, comme la place jouxtant l'église Saint-Didier, la réfection des façades et du clocher de l'église Saint-Agricol en 2016 et l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame-des-Doms ( appelée Métropole et propriété de l'etat), réouverte après deux ans de travaux. on ne peut que s'en féliciter. La nef a retrouvé une blancheur immaculée, restent le bas-coté nord et les chapelles....

@Intérieur cathédrale Notre-Dame-des-Doms, photo Bernadette Saint Georges Chaumet OPR.

 

img_3626.jpgLa chapelle des pénitents noirs est quant à elle en bon état, même si l'on peut regretter que les boiseries de la sacristie, partiellement déposées par erreur, attendent depuis des dizaines d'années d'être remontées...

img_3636.jpg@Chapelle des pénitents noirs, photo Bernadette Saint Georges Chaumet OPR.

 

 

 

 

img_3736.jpgA Carpentras, c'est la synagogue (la plus ancienne de France, classée Monuments Historiques) qui a fait l'objet d'une restauration de son plafond, financé à 60% par l'Etat et la région, le reste provenant de fondations juives et d'un autofinancement.

Elle est propriété de l'association cultulelle israëlite de Carpentras. Il reste encore toutes les peintures datant du XVIIIème siècle à restaurer.

@synagogue de Carpentras, photo Bernadette Saint Georges Chaumet OPR.

 

Des retards pris depuis des décennies qui semblent rendent la tâche insurmontable!

Du coup la tâche parait insurmontable!

img_3678.jpg"L'église Saint-Agricol , classée MH en 1980, a encore des chapelles noircies par les fumées de la forge installée dans l'église à la Révolution Française!" se désole notre correspondant local, Christian Serres de l'association Avignon Patrimoine, qui se bat depuis une quinzaine  d'années pour faire avancer la restauration . Il ajoute qu' " il a fallu attendre qu'il pleuve sur le curé pour obtenir des réparations dans le choeur et que les chrétiens demandent juste de pouvoir se recueillir dans un endroit décent".

Cependant il constate que l'actuelle municipalité fait des efforts considérables depuis 3 ans et l'on ne peut que s'en réjouir. L'essentiel est d'amorcer la pompe, pour retrouver une dynamique de restaurations sur la durée.

img_3665.jpg

@ Saint-Agricol, photo Bernadette Saint Georges Chaumet, OPR.

 

La splendide basilique Saint-Pierre , classée MH en 1908, a vu les murs inférieurs de sa nef, jusqu'au niveau des grandes arcades nettoyés, mais tout le reste est noir,des chapelles à la voûte. Tout juste si l'on distingue certains tableaux tels que des img_3598.jpgimg_3600.jpgParocel ou des Mignard qui mériteraient une vraie restauration comme le signale le Père Brehier, recteur de la Métropole qui lui aussi déplore l'état général des églises d'Avignon.

@le Père Bréhier et Christian Serres à Saint-Pierre, photo Bernadette Saint Georges Chaumet, OPR.

 

Saint-Siffrein en grande souffrance

img_3702.jpgEt que dire de l'église Saint-Siffrein à Carpentras?  Comment un bâtiment classé Monuments Historiques depuis 1840, ouvert tous les jours, faisant partie du patrimoine remarquable de la ville, où deux messes sont célébrées chaque dimanche peut se trouver dans un tel état?

certes la population de Carpentras a beaucoup évolué puisque plus de la moitié est de confession musulmane, et deux mosquées se sont construites à l'extérieur du centre historique.

Qu'ont fait les générations de maires qui se sont succédés pour ne rien entreprendre ou si peu? Maintenant ce sont des centaines de milliers d'euros qu'il faudrait débourser pour la restauration. Notre correspondante Gèneviève Wolff, qui se réjouit de la restauration de la Gloire du choeur, désespère cependant de voir un jour l'édifice retrouver sa splendeur, avec entre autre un emplacement plus digne d'un tableau de Natoire...Et il a fallu que des morceaux de vitreaux du XVème siècle tombent pour les restaurer.

img_3699.jpgLe centre-ville de Carpentras est en pleine réhabilitation, avec la pietonisation des rues, le festival Trans'arts, des concerts donnés sur le parvis de l'église, le réaménagement de l'ancien Hôtel-Dieu où va être transférée la fameuse bibliothèque Inguerbertine, etc... Espérons que le prochain chantier de grande envergure sera celui de Saint-Siffrein et sera la fierté de la ville...

img_3704.jpgimg_3715.jpgimg_3689.jpg

 

 

 

 

 

@Saint-Siffrein, photo Bernadette Saint Georges Chaumet OPR

Pourtant l'arsenal des aides financières existe: Serait-ce donc une question de volonté politique?

img_3573.jpgLes édifices cultuels font partie du patrimoine et de la mémoire d'une ville. ils sont des lieux de rassemblement où la communauté se retrouve. ils font la richesse d'un territoire que les touristes aiment découvrir.

@Saint-Didier, photo Bernadette Saint Georges Chaumet OPR.

Et s'ils sont classés au titre des Monuments Historiques, c'est bien parce qu'à des époques antérieures on a compris l'enjeu patrimonial qu'ils représentent et le besoin de les sauvegarder.

Ne laissons pas ce patrimoine se détériorer: Un entretien régulier évite les désastres. Pourquoi attendre la dernière minute pour effectuer les réparations?

La DRAC, le Conseil général, la Fondation du Patrimoine, des mécennes privés sont autant d'acteurs susceptibles de financer une partie des travaux. Des toutes petites communes  de 300 habitants y arrivent, en étalalant les travaux sur plusieurs années, pourquoi pas les plus grandes?

Bernadette Saint Georges Chaumet;02/11/2017

 

mise à jour du 27/11/2017: Réponse de la mairie d'Avignon

En réponse à ce « rapport » titré, d’une manière désinvolte et quelque peu suffisante « sous le soleil, la décrépitude » (...)

- 1) Avignon, une des villes les plus pauvres de France :
C’est 80% des logements sociaux de toute l’agglomération, les 2/3 de la population en dessous du seuil de pauvreté, un endettement de la collectivité par ménage de près de 2000 euros, un des plus élevés de France, un taux de 23 % de chômage, soit plus du double de la moyenne nationale, etc. Tout ceci à une conséquence très concrète sur les moyens de la ville : seuls 40 % des ménages paient l’impôt. Cela qui implique le taux d’imposition pour ceux qui y sont soumis est déjà très élevé, ce qui explique notre engagement de ne pas augmenter les impôts locaux. C'est une donnée factuelle qu’il n'est pas sérieux ni constructif d’ignorer.

2) au regard de cette situation très délicate, notre municipalité a tenu à ne pas diminuer ses investissements annuels en faveur de la restauration de ses Patrimoines (3 millions d euros/an) ce qui est très important dans notre contexte financier décrit plus haut. Et ceci d’autant plus que, de par son histoire très singulière et unique en France de capitale de la chrétienté au 14ème siècle, notre ville se trouve en propriété de 49 Monuments historiques classés, les remparts comptant pour 1, comme le Palais des Papes, comme le Pont, comme le Petit Palais, comme la livrée Ceccano, comme chacune des églises, etc. L’exercice, comme vous le savez, est extrêmement délicat mais nous ne lâchons rien.
L'ensemble des entreprises qualifiées " Monuments historiques " et des artisans spécialisés dans tous les corps de métiers du patrimoine (ainsi que la chambre de Métiers , la CCI , la maison des compagnons du Tout de France , l’Ecole d’Avignon, ), nos partenaires avec qui nous sommes en liens de travail constants , nous sont reconnaissants de maintenir cet effort financier qui permet également de maintenir l’emploi et donc cette richesse patrimoniale humaine exceptionnelle que représentent ces savoir-faire dans ces secteurs très spécialisés. 

3) L’ensemble des services de la ville ainsi que l’équipe municipale sont en recherche permanente de financements complémentaires "extérieurs " auprès des service de l’État (nous sommes en relations de travail permanentes avec tous les services de la DRAC, mais la baisse des dotations de l’État dans toutes les communes de France sont bien connues, ce que semble ignorer votre invitée), de la Région, du département. Les financements de ces deux derniers partenaires ont bien heureusement augmenté ces trois dernières années car ces collectivités n’étaient même pas sollicitées auparavant, lacune que nous avons comblée dès le début de notre mandat.

Toutes ces mobilisations de nouveaux financements et de montages de dossiers spécifiques ont été possibles notamment par l’embauche d’un cadre spécialisé dans la recherche de mécénat (national et international) et du montage de dossiers européens, recherche de mécénat qui est une des nouvelles de nos missions importantes.

Dans ce sens également, nous avons adhéré à ICOMOS France et y sommes présents au Conseil d’administration afin d'être mieux informés de l'ensemble des opportunités existantes et de nouer des contacts avec des partenaires stratégiques. Nous avons également adhéré à la Fondation du patrimoine avec laquelle nous travaillons notamment au montage et au financement d’opérations en faveur des Patrimoines non protégés et du petit patrimoine rural et hydraulique de notre territoire Communal.
Nous avons tenu à être présents dans ce sens sur le salon international du patrimoine où nous nouons des relations de travail avec de grandes fondations mondiales en faveur du patrimoine et avons engagé, avec de jeunes startups spécialisées, des projets de financement par " crowfonding " (financement participatif) de certaines de nos actions.
Ces nouveaux financements complémentaires très particuliers nous ont permis d’engager entre autres, l’opération des Jardins du Pape dont le chantier démarrera très prochainement, etc.

4) Lorsque nous avons été élus il y a trois ans, la ville ne disposait ni du plan de gestion de notre cœur historique labellisé au patrimoine mondial de l’Humanité (pourtant une obligation de l’Unesco), ni du label " Ville d’Art et d’Histoire ".
Pour le premier, après trois années de travail multi parties (services de l’État - Ministère de la culture, Conseil Départemental, Conseil Régional et Évêché), c’est désormais chose faite et la signature de la convention de ce plan de gestion, engageant financièrement l’ensemble des acteurs sur les 10 prochaines années, est programmée dans les prochains mois.
Pour le label " ville d’Art et d’Histoire “, nous avons engagé, dans l’ancien Hôtel des Monnaies, la création du futur " Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine " (CIAP), une des conditions principales de l’attribution du label par le Ministère de la Culture.
Nous avons également engagé, dès 2014, avec la Direction Régional des affaires culturelles, la réalisation de l’inventaire du patrimoine 20eme siècle dont la restitution se fera dans quelques semaines et à partir de laquelle seront identifiés les éléments de patrimoine labellisable et un programme d’actions de mise en valeur. Nous avons terminé le diagnostic des milliers de décors peints du Palais des Papes pour engager le programme de sauvegarde et de mise en valeur qui est nécessaire.

J’arrête là ce nécessaire éclairage (partiel), de ce qu'a réalisé ou qu’a engagé la ville en faveur de ces riches, divers et nombreux témoignages de patrimoine bâti sur son territoire (et je ne parle pas des restaurations - Clos et couvert -de Saint Agricol , de l’église des Célestins, du Temple Saint-Martial, de l'église de Montfavet , de la chapelle des Cordeliers – en cours- du Palais du Roure , du musée Calvet, du Pont d’Avignon, des remparts ou, sur le Palais des Papes, des tours des cuisines , du Pape , de la garde-robe ou de La Chapelle Saint Martial , etc., etc..).


Bien entendu, je suis et je reste à disposition de toutes les associations, comme je l’ai été depuis le début de ce mandat, pour travailler positivement et efficacement avec chacune d’elle sur tous ces projets concrets et réfléchir aux priorités ( tout le monde est bien conscient j’espère que tout ne peut être fait en même temps) parmi lesquelles nous privilégions les interventions sur le clos et le couvert de ces édifices afin d’en prévenir les dégradations et d’en assurer la sécurité des usagers et des visiteurs.
Ce travail partenarial avec les associations se veut dans l’action efficace, concrète et positive afin d’avancer ensemble vers la résolution de problèmes(...)

Nous serions très heureux que vous nous rejoigniez dans cet art difficile, attitude qui bénéficiera bien plus amplement à la résolution des questions posées par ce défi magnifique et compliqué que représentent les très nombreux et très riches Patrimoines de notre ville.

Sébastien GIORGIS,
Adjoint au Maire,
Délégué aux Patrimoines Culturels et Naturels,
Au projet Stratégique Territorial,
et à la Qualité de l Espace Public:

 Mise à jour du 30/11/17: Notre correspondante locale et la réponse de la mairie de Carpentras: Article du journal La Provence Vaucluse

LA PROVENCE VAUCLUSE / 30-11-17
"L'intérieur de Saint-Siffrein est un chef d'oeuvre en péril"
Jeudi 30/11/2017 à 05H08 CARPENTRAS

La correspondante locale de l'Observatoire du patrimoine religieux incite les Carpentrassiens à se mobiliser pour la restauration intérieure de la cathédrale
Quel triste spectacle que celui offert à l'intérieur de la cathédrale Saint-Siffrein ! Tout est sale et mal entretenu, les murs s'effritent, les fresques disparaissent, les voûtes des chapelles sont noircies par l'humidité... La couche de poussière foncée et grasse, qui recouvre les chefs-d'oeuvre de ce bâtiment, classé Monuments historique depuis 1840, est si épaisse que l'on ne distingue plus rien de la plupart des peintures
!" Tel est le triste constat dressé par Geneviève Wolff, correspondante locale de l'Observatoire du patrimoine religieux. Selon elle, dans cet édifice qui appartient à la mairie depuis 1905, "dans un premier temps, un bon nettoyage s'impose !".
"Certes, la Municipalité, qui assure déjà le clos et le couvert, essaie, dans la mesure du possible, de faire face à ses engagements et ses obligations (...) Sans compter que la restauration complète de Saint-Siffrein doit coûter une fortune !.." reconnait-elle
volontiers. "Toutefois, pour trouver les financements nécessaires, il faut exploiter toutes les pistes, du mécénat en passant par des demandes de subventions à diverses collectivités ou institutions, notamment à la Fondation du patrimoine..."
Inciter à la mobilisation
L'objectif de Geneviève Wolff est clair , net et précis
: "Je veux alerter le plus grand nombre et l'inciter à se mobiliser en faveur de ce patrimoine de grande valeur artistique qui nous appartient à tous, croyants ou pas.

Cette cathédrale regorge de statues et tableaux des XVIIe et XVIIIe siècles, réalisés par des artistes aussi célèbres que Jacques Bernus, Joseph-Siffre Duplessis, Nicolas Mignard, Charles-Joseph Natoire, Alexis Mille..."
Pour cette Carpentrassienne, l'idée de Stéphane Bern, - qui consiste à faire payer l'entrée des cathédrales pour financer leur entretien - est bonne. "L'État ou les collectivités locales n'ont plus les moyens d'entretenir ces monuments énormes. Vu le nombre de gens qui y passent, demander 2 ou 3 €aux visiteurs permettrait de collecter des fonds non négligeables" argumente-t-elle, avant de rappeler : "Pourtant, cette suggestion soulève un tollé chez les évêques de France. C'est dommage, mais compréhensible car compliqué à mettre en place. Une église doit être accessible à tous et il est vrai que faire la différence entre ceux qui viennent s'y recueillir et ceux qui veulent simplement visiter n'est pas chose aisée... "
Contact : marieo.wolff[nospam]orange.fr
Christine Blanc

LA PROVENCE VAUCLUSE /30-11-17
Pas question, pour la Ville, de laisser tomber la cathédrale
Jeudi 30/11/2017 à 05H08 CARPENTRAS

Reconstruite de 1404 à 1531, la cathédrale Saint-Siffrein est la plus grande église du diocèse. L'équipe municipale en place, consciente de la valeur inestimable de ce bel édifice méridional d'architecture gothique tardive, ne le laisse pas tomber - au sens propre comme au figuré -, ainsi que l'explique un de ses responsables : "Le toit, qui était poreux, a été entièrement refait. Ce chantier de 3 ans, a coûté 1
Million €. Désormais, il n'y a plus la moindre infiltration dans
le bâtiment, à l'intérieur duquel les oeuvres ne se dégradent plus ; en revanche, celles qui ont été abîmées au cours des siècles précédant notre intervention, restent, pour l'instant, dans l'état... Si les enduits se décollent des murs à certains endroits, ce n'est donc plus à cause des fuites d'eau, mais des fortes amplitudes thermiques... "
Il annonce : "Actuellement, un architecte du Patrimoine est en train d'établir un diagnostic de tout l'intérieur de Saint- Siffrein. Son rapport, qui doit être remis en 2018, permettra de planifier les travaux en fonction de leur urgence... Ce qui est certain, c'est que le coût d'une telle restauration, beaucoup plus compliquée à l'intérieur qu'à l'extérieur, est énorme et qu'il est inenvisageable de l'effectuer en une seule fois. " Soucieux de démontrer les efforts déployés par la Ville pour préserver son patrimoine, il rappelle : "En 2012-2013, tous les vitraux du choeur de la cathédrale ont été rénovés, ce qui n'avait pas été fait depuis le XVe siècle. Rien que pour cela, 500 000 € ont été déboursés." Il insiste : "Que les Carpentrassiens se rassurent ! Pas question, pour la Municipalité, de laisser la cathédrale Saint-Siffrein à l'abandon !"
Christine Blanc
 

<< Go back to list