L'EGLISE SAINTE-EULALIE DE GENILLE (37) A BESOIN DE VOTRE AIDE ! — Observatoire du patrimoine religieux

Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

L'EGLISE SAINTE-EULALIE DE GENILLE (37) A BESOIN DE VOTRE AIDE !

30 juillet 2018

L'église Sainte Eulalie (XIIe siècle) de Genillé (Indre et Loire) n'a subi aucun travaux d'entretien depuis 1950. La Municipalité de Genillé a décidé de renover cet édifice en plusieurs étapes.

L'EGLISE SAINTE-EULALIE DE GENILLE (37) A BESOIN DE VOTRE AIDE !

Façade occidentale de l'église sainte-Eulalie de Genillé (37)

 L’église Sainte-Eulalie de Genillé (Indre et Loire) à proximité de Loches est un édifice datant principalement du XIIe siècle, situé en plein centre de la commune. Son élégante flèche en pierre est un point fort dans le paysage et se voit de loin. En venant de Montrichard et de la route des Dames de la Touraine, en passant par le château de Montpoupon, la rue principale du village dévoile la façade principale occidentale de l’église.

Cette église n’ayant subi aucun travaux d’entretien depuis 1950, fait l’objet de l’attention particulière de la commune : son état général sanitaire a conduit la Municipalité de Genillé à lancer une étude générale de restauration pour réaliser un « audit » du monument : il s’avère que les maçonneries de l’église sont dans un état de dégradation avancé (flèche du clocher, altération de la maçonnerie du tuffeau, délabrement de la maçonnerie des contreforts du chevet, couverture, humidité à l’intérieur de l’église…) ; la pierre calcaire locale caractéristique de ce monument religieux, le tuffeau s’altère vite, c’est une pierre caractérisée par une grande porosité.

 

Un peu d'histoire

 genillé4.jpgL'église Sainte-Eulalie construite aux XIIe et XIIIe siècles, a connu plusieurs remaniements et agrandissements aux XVe et XVIe siècles.


 Cet édifice, le plus ancien de la commune, a été inscrit au registre des Monuments Historiques le 12 juin 1926. (Base Mérimée PA00097765). Nous savons que, dès le XIIe siècle, soit peu de temps après sa construction, l’église a été dévastée au cours de la guerre qui a eu lieu entre Sulpice d'Amboise et le Comte de Tours.


La commune de Genillé, ainsi que son seigneur, a donc été témoin de cette guerre. Jusqu’au XVIe siècle, les seigneurs de la commune étaient issus de la famille Fumée.
Adam Fumée est d'ailleurs le premier seigneur connu de Genillé.
 L’église Sainte-Eulalie, comme nous allons le voir, se veut le reflet de
l’importance de cette famille à Genillé.

Cet édifice est orienté (c’est-à-dire qu’il est tourné vers l’Est) et possède un plan allongé. Nombreux sont les éléments architecturaux issus de la période gothique: l'élément le plus représentatif est la voute d'ogive retrouvée  dans l'église.


La façade occidentale accueille l’entrée de l’église : il s’agit d’un portail à arc surbaissé construit au XVIe siècle. Celui-ci au premier niveau, est surmonté d'une accolade sculptée d'écus et motifs de fleurs sculptées en bas-relief. Ce portail est placé entre deux contreforts qui comportent chacun une niche ornée d'une coquille. Au second niveau, se trouve une baie à remplage flamboyant. Cettegenillé6.jpg entrée nous permet d'accéder à la nef. Construite au XIIIe siècle, cette nef est couverte d'une voute charpentée et lambrissée. Il n'y a pas de collatéraux.

Les murs gouttereaux (les murs latéraux) accueillent des fenêtres à remplage datant du XVIe siècle.
L’une de ces fenêtres porte le blason des Fumée, famille que nous avons citée précédemment.
Au nord de la nef, se trouve la Chapelle du Rosaire, construite vers 1660. Par ailleurs, la sacristie que l'on voit au sud du choeur est une ancienne chapelle du XVIe siècle.

 L'église possède également une tour clocher à charpente double. Elle est placée près du choeur à l'est. Les historiens pensent que la base du mur nord pourrait etre le vestige d'un édifice du XIe siècle.
Le fait que l’abside ait été désaxée vers le nord participe à la singularité de l’édifice. L’abside présente une baie gothique flamboyante surmontée d'une corniche à modillons ornée de coquilles.
 

Les travaux à prévoir


genillé5.jpgCette église n’ayant subi aucun travaux d’entretien depuis 1950, fait l’objet de l’attention particulière de la commune : son état général sanitaire a conduit la Municipalité de Genillé à lancer une étude générale de restauration pour réaliser un « audit » du monument : il s’avère que les maçonneries de l’église sont dans un état de dégradation avancé (flèche du clocher, altération de la maçonnerie du tuffeau, délabrement de la maçonnerie des contreforts du chevet, couverture, humidité à l’intérieur de l’église…) ; la pierre calcaire locale caractéristique de ce monument religieux, le tuffeau s’altère vite, c’est une pierre caractérisée par une grande porosité.

Le montant total des travaux à réaliser, honoraires d’architectes et imprévus compris, s’élève à : 2 518 782 €. La Mairie a « découpé » les travaux en plusieurs tranches (avec la participation du Ministère de la Culture, de la DRAC, du Conseil Général et du Conseil Régional). Trois tranches ont déjà été réalisées.

Une quatrième tranche envisagée pour 2019 pourrait concerner la restauration de la Sacristie, avec restitution d’une baie gothique en pignon et de ses couvertures. Cette Sacristie est percée d'une porte extérieure surmontée d'un fronton avec une inscription mutilée du XVIe siècle. C'est une ancienne chapelle dont la vout d'ogives comporte huit nervures. Elle est contemporaine de la construction du chevet donc du XVIe siècle. La façade sud a été transformée: une baie gothique a été murée, et une fenetre de facture plus récente a été percée. Les travaux consisteraient donc à restituer cette baie gothique en pignon.

genillé sacristie 2.jpg

Le plan de l'église: la Sacristie est en cadrée de noir @Photo JB Bellon Architecte DPLG

 

genillé2.jpg

La Sacristie: petit bâtiment qui flanque la tour-clocher; on aperçoit la baie obturée

 

Le montant total des travaux pour cette Sacristie s’élève à 455 494,16€.

Le budget municipal ne peut honorer une telle somme et lance un appel aux dons.

Les églises demeurent un repère identitaire fort en même temps qu'un symbole historique au fort potentiel touristique. Mais il ne faut pas se voiler la face! c'est également une charge financière écrasante pour les communes. Il appartient donc à tout le monde d'être imaginatif pour trouver des solutions qui contentent propriètaires et affactataires sans perdre de vue qu'il faut faire vivre et perdurer ce patrimoine qui, au même titre que d'autres, doit traverser le temps pour que chaque génération en bénéficie.

 si ce projet vous interesse, merci de vous adresser à Monsieur Jacques HERBERT , Maire de Genillé, téléphone : 02 47 59 50 21 ou mail : genille.mairie[nospam]wanadoo.fr

Merci pour votre générosité.

 

                                                                             Claire Danieli 30/07/2018

 

<< Go back to list