Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

L'OPR assistait au 150e anniversaire de St Gemmes d'Andigné

7 octobre 2015

Le 3 octobre 2015, l'église St Gemmes d'Andigné, en Anjou, fêtait ses 150 ans après avoir frôlée la démolition ! L'OPR y était !

L'église de Saint-Gemmes d'Andigné, en Anjou, n'est certes pas le Mont Saint-Michel. Au fond, elle n'est pas tellement différente de ses voisines, en dépit d'une taille impressionante, d'une belle clartée, de belles sculptures... et d'une histoire étonnante !

Construite à la fin du XIXème siècle, elle est remaniée après la première guerre mondiale, tout un pan de mur faisant depuis office de monument aux morts ! Frappée par la baisse de la pratique religieuse et un sous entretien chronique, elle perd de sa superbe et frôle la démolition en 2014, comme deux autres églises du département.

Finalement inscrite Monument Historique à l'issue d'une bataille de grande ampleur, elle est "sauvée", mais attend toujours sa restauration, qui devrait intervenir dans les mois et années à venir. La commune dispose en effet de 2 millions d'euros, destinés initialement à la construction d'une "nouvelle église" bâtie sur les ruines de celle-ci. Néanmoins, elle devra agir rapidement, puisque lors de la fusion, actuellement en préparation, avec sa voisine (Segré), d'autres décisions politiques pourraient étre préférées. Pour mémoire, la restauration est évaluée à 1.5 millions, moins subventions, alors que la "reconstruction" était évaluée à 2.1 millions a minima.

Enfin, rapellons que l'inscription MH n'est en aucun cas une obligation à restaurer un bâtiment ! Il ne s'agit que d'une interdiction de démolir.

Cet anniversaire était marqué par une grande messe, célébrée par l'Evèque, conclue par un déjeuner au cours duquel notre délégué général, Maxime Cumunel, a pris la parole pour encourager la population à restaurer cette église au nom de l'amour qu'ils portent à leur patrimoine, sans négliger le devoir de transmission aux têtes blondes de ce village.

Détail amusant, cette église est située sur un carrefour dont les quatre extrémités sont, outre l'église elle-même, la boulangerie, le café et la Mairie... Un beau symbole de la France éternelle !

Devant plusieurs centaines de fidèles et d’élus réunis, l’Evêque a rappelé la nécessité de garder dans ses murs la mémoire de l’Église.

« Il y a 150 ans, Mgr Guillaume Angebault, évêque d’Angers, a posé la première pierre de l’église Sainte-Marguerite pour remplacer l’ancien édifice. L’histoire de cette construction n’a pas dû être facile », concède celui qui fut en son temps curé de la paroisse de Rocamadour.

Avant de se lancer dans un long réquisitoire : « Nous sommes des héritiers. Nos bâtiments, nous y tenons ! Une église, c’est aussi une architecture, un élancement. Cela nous ouvre vers le ciel. » Puis, plus consensuel : « Même s’il y a eu crise au sujet de cette église, l’essentiel est de la surmonter. Il faut continuer à unifier. Et à construire. »

A l'issue de la cérémonie, l'OPR est allé à la rencontre d'une toute jeune association qui se bat pour la restauration de l'église, presque voisine, de Nyoiseau, massacrée intérieurement dans les années 1970, et qui mérite une nouvelle jeunesse !

<< Go back to list