Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Notre-Dame-du-Saint-Cordon restera-t-elle l'emblème de la ville de Valenciennes ?

19 février 2015

Problème de stabilité du clocher, depuis environ 7 ans, à la suite de travaux non conformes, la nef se désolidarise du clocher. L'église devrait etre restaurée par la commune dans les 10 ans à venir, si elle en a les moyens...

A la suite de la destruction de Notre-Dame-la-Grande en 1793, c’est à M. Alexandre Grigny, architecte d’Arras que la ville de Valenciennes avait confié le projet d'une reconstruction. Erigée par dons, souscriptions et subventions de la ville, les travaux avaient commencé en 1852 dans le style en vogue de l’époque, le néo-gothique qui présente l’avantage d’être moins cher grâce à la légèreté de ses lignes.
En 1864 s’élèvait enfin l’église présentant «une cohérence et un bel équilibre qui dégage une grande harmonie».

Notre-Dame-du-Saint-Cordon représente une étape essentielle du renouveau du style néo-gothique du Nord-Pas-de-Calais, avant la Cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille à Lille.

 

Et pourtant ...

Depuis quelques années, les travaux de restauration de la basilique sont stoppés, malgré la consternation générale et plus particulièrement celle de l’Association pour la Restauration de la basilique Notre-Dame du Saint-Cordon.
Au moment où Lille était capitale européenne, 5 millions d'euros (hors subventions) avaient été engloutis pour la restauration. Devant "remettre d'aplomb" le clocher-porche, l'entreprise l'aurait plutôt déstabilisé que de le stabiliser.
La subvention de 1,7 millions devant être versée par l’Etat pourrait ne pas être prorogée.
Enfin, le démontage des vitraux et de l’orgue classé est envisagé car, pour certains, la basilique pourrait ne pas survivre puisque les désordres semblent désormais irréparables.
La ville avait engagé une procédure judiciaire qui s’éternise. Toutefois, les conclusions définitives des experts vont être présentées au conseil municipal prochainement et " en mars je vous ferai deux ou trois propositions, on prendra nos responsabiltés" a assuré le maire M. Degallaix.

La Ville affirme qu'elle assumera les travaux de restauration, au cours des dix ans à venir, à condition de trouver les près de 20 millions necessaires aux travaux ! Une somme faramineuse qui nous parait très exagérée et ne présage rien de bon pour cette belle église néo-gothique.

 

<< Go back to list