Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

UN PATRIMOINE MECONNU A PARIS: LE PATRIMOINE CATHOLIQUE ORIENTAL

7 février 2017

L’OPR a participé le 24 janvier dernier à la rencontre organisée par les différentes paroisses Orientales de Paris. L’accueil fut très chaleureux et riche en explications sur les rites orientaux.

UN PATRIMOINE MECONNU A PARIS: LE PATRIMOINE CATHOLIQUE ORIENTAL

Saint JeanChysostome

 Les églises orientales ont l’âge du christianisme. Née à Jérusalem de la prédication des apôtres où sont fixés les patriarcats, l’Eglise s’étend rapidement dans l’Empire romain : la Syrie, l’Arabie, l’Asie Mineure, la Grèce et Rome. Si elle souffre des persécutions, l’Eglise s’organise, notamment avec le Concile de Chalcédoine en 451. Durant les premiers siècles, les réflexions théologiques mènent à de nombreux désaccords. Un concile est alors organisé pour fixer la norme de la foi, conduisant certaines minorités à faire sécession. Le schisme d’Orient en 1054 en est la dernière grande scission. A cette occasion, les Latins prirent le nom de catholiques et les Grecs, celui d’orthodoxes.

A Paris, une dizaine de paroisses ou missions catholiques orientales se sont installées durant le XXe siècle, essentiellement pour des raisons politiques et religieuses. Souvent méconnues, elles sont pourtant riches d’un patrimoine culturel, liturgique et spirituel important. Il s’agit des églises de Saint-Ephrem-le-Syriaque (Paris Ve), Notre-Dame du Liban (Ve), la Très Sainte-Trinité (XVIe), Notre-Dame d’Egypte (Xe), Saint-Julien-le-Pauvre (Ve), Notre-Dame de Chaldée (XVIIIe), la Chapelle Saint-Georges des Roumains (XVIe), et la Cathédrale Sainte-Croix des Arméniens (IIIe).

 

L'église Saint-Ephrem le Syriaque, église syriaque catholique

Historique et architecture

ephrem1.jpgL’église actuelle a été construite en 1733 par le maître maçon Pierre Boscry. Elle s’élève à l’emplacement du Collège des Lombards ou des Italiens (étudiants bénéficiaires d’une bourse) fondé en 1334 et devenu et 1677 le Collège des Irlandais. Ici des jeunes Irlandais étaient formés à la prêtrise puis missionnés en Irlande et en Angleterre pour lutter contre l’anglicanisme. Fermée à la Révolution, elle est ensuite rendue aux Irlandais en 1815 par Louis XVIII. En 1872, Albert de Mun, défenseur d’un catholicisme social, crée dans cette église les premiers cercles ouvriers. Au début du XXe siècle l’édifice est acheté par la mairie de Paris puis transformé en hôpital pour soigner les blessés de la première guerre mondiale avant d’être affecté en 1925 à la Mission Syriaque catholique.

La façade s’inspire de l’église Saint-André-du-Quirinal construite par le Bernin à Rome. Elle est précédée d’un porche elliptique supporté par deux colonnes ioniques.
ephrem2.jpgL’intérieur constitué d’une nef à vaisseau unique et à cinq travées est couvert d’une voûte en berceau. Le chevet est plat. Les murs latéraux sont rythmés de baies en arc en plein cintre en alternance avec des pilastres ioniques. Une iconostase sépare le chœur du vaisseau central. Dans le chœur, deux fresques contemporaines représentent saint Ephrem et saint Ignace d’Antioche. De chaque côté de la nef, des icônes présentent les principaux saints de l’Eglise syriaque des premiers siècles.


Le rite liturgique de l’Eglise syriaque catholique
Elle est une des Eglises catholiques orientales. Unie à Rome, elle est issue de sa séparation de l’Eglise syriaque orthodoxe au XVIIIe siècle. Le rite liturgique suivi est le rite syriaque occidental d’Antioche et la messe est célébrée en araméen (langue du Christ) et en arabe.


Un personnage majeur : saint Ephrem
Qui est Saint Ephrem ?

5.jpgSaint Ephrem le Syrien (vers 306-373) : né à Nisibe en Syrie, saint Ephrem vit en reclus dès sa jeunesse, se consacrant au jeûne et à la prière. Après avoir été capturé puis libéré par les Perses, il devient moine à Edesse avant de devenir diacre. Renommé pour ses nombreux écrits (on l’appelle alors la harpe du Saint Esprit), il pratique l’ascèse la plus sévère et est réputé d’une grande charité. Il tombe malade au contact des malades et meurt en juin 373. Proclamé Docteur de l’Eglise en 1920 par le pape Benoit XV, il est représenté sous les traits d’un moine ou d’un ermite, parfois écrivant, illuminé par le Saint Esprit (figuré par une colombe), ou montrant un parchemin déroulé. Il est le patron des directeurs spirituels et est fêté le 9 juin.
17 rue des Carmes 75005 Paris-Metro : Maubert-Mutualité

 

Eglise Saint-Julien le Pauvre:église grecque melkite catholique

Historique et architecture
julien1.jpgCette église est considérée comme la plus ancienne église de Paris. Au VIe siècle se dressait à cet endroit l’église d’un hospice qui accueillait pèlerins et voyageurs. Au IXe siècle, les Normands vandalisèrent les bâtiments qui furent cédés aux moines clunisiens de l’abbaye de Longpont. Le nom de saint Julien, premier évêque du Mans, est associé à celui de saint Julien de Brioude. Plus tard, le lieu est définitivement voué à saint Julien l’Hospitalier dit saint Julien le Pauvre. Vers 1170, les moines reconstruisent une nouvelle église sur les fondations de l’ancien sanctuaire. Au XIIIe siècle, après la création de l’Université de Paris, toute proche, l’église Saint-Julien-le-Pauvre devient un lieu de réunions et de réflexions. Elle accueille alors d’illustres maîtres (Dante, saint Thomas d’Acquin) et des étudiants. Lorsque l’Université déménage sur la montagne Sainte-Geneviève, l’église tombe progressivement en désuétude, puis est cédée à l’Hôtel-Dieu en 1655 pour faire office de chapelle. Elle est fermée à la Révolution et est transformée en magasin à sel. Elle n’est rendue au culte qu’en 1826. Quelques années plus tard, les architectes François Gau (1790-1853) et Jean-Jacques Huvé rénovent l’édifice.
En 1889, elle est cédée au culte grec melkite catholique qui dépendait du patriarche d’Antioche.
julien2.jpgEn 1891, le célèbre ébéniste de Damas, Georges Bitar, réalise l’iconostase en bois marqueté et vient l’installer à Paris. Il est surmonté d’un Christ en croix encadré de deux icônes de la Vierge Marie et saint Jean. Le niveau supérieur est orné du Christ et de ses douze apôtres. Le niveau médian est décoré d’une succession de scènes de l’Evangile. Au niveau inférieur, entre les trois portes, sont représentées quatre scènes/personnages : le baptême du Christ par saint Jean- Baptiste, la Vierge à l’Enfant, le Christ et saint Jean Chrysostome . Les petites portes figurent la scène de l’Annonciation et l’église Evangélique.

L’édifice de plan allongé se compose d’un vaisseau central flanqué de bas-côtés, terminé par une abside semi-circulaire. La nef encore romane est couverte en berceau plein-cintre alors que le chœur, témoin du premier art gothique, est couvert d’une voûte sexpartite. Le grand fronton triangulaire de la façade classique, rebâtie au XVIIe siècle, est percé d’un oculus à l’aplomb de la porte d’entrée.

L’Eglise grecque melkite catholique

Les Grecs melkites catholiques sont à l’origine, une composante des trois grands patriarcats orientaux d’Antioche, d’Alexandrie et de Jérusalem. Leur histoire remonte au Concile de Chalcédoine (451). Le nom "melkite" vient du syriaque malko et signifie royal ou impérial. C’est un surnom donné par les monophysites aux orthodoxes ayant suivi le concile de Chalcédoine. Les Melkites catholiques sont des chrétiens de rite byzantin ayant rejoint l’église catholique en 1724. Aujourd’hui, ils sont tous de langue arabe.

Une grande figure : saint Jean Chrysostome
stjeanchrysostome.jpgSaint Jean Chrysostome (344-407) est un patriarche de Constantinople et l’un des Pères de l’Eglise grecque orthodoxe avec saint Basile de Césarée et saint Grégoire de Nazianze. Son éloquence est à l’origine de son surnom de Chrysostome (en grec, "bouche d’or"). Nommé évêque de Constantinople en 397, il s’engagea contre la corruption des mœurs touchant le pouvoir politique et religieux, ce qui lui attira de nombreuses inimitiés. Le pape Innocent Ier le reconnut comme seul patriarche légitime de Constantinople. Aujourd’hui ses reliques sont vénérées dans une chapelle de la basilique Saint-Pierre de Rome.
1 rue Saint-Julien le Pauvre 75005 Paris-Metro Cluny-La-Sorbonne

CD:8/2/2017


 

 

 

 

<< Go back to list